Angoulême : de nouveaux horizons pour la librairie Lilosimages

Antoine Oury - 04.02.2020

Edition - Librairies - Lilosimages librairie - Lilosimages angouleme - Manon Picot libraire


La relation d'Angoulême avec le livre et la lecture ne s'arrête pas à la fermeture du Festival international de la bande dessinée. La cité dispose en effet d'une belle offre de libraires, au sein de laquelle on trouve Lilosimages, rue de la Cloche Verte. Plus ancienne librairie de la ville, elle a été reprise en juin 2019 par Anaïs Combeau et Manon Picot, lauréates d'une bourse de la Fondation Lagardère...

Lilosimages, librairie d'Angoulême
Manon Picot, dans la librairie Lilosimages
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


L'annonce du départ de Patricia Hawkins a laissé beaucoup d'Angoumoisins dans l'angoisse de voir l'établissement fermer : ouverte depuis 35 ans, Lilosimages est la plus ancienne librairie de la ville, confortablement installée au cœur du centre-ville historique, non loin du château. Heureusement, il n'en a rien été : quand Anaïs Combeau, salariée de Lilosimages, contacte Manon Picot pour lui proposer de reprendre la boutique, le choix n'a pas été bien difficile.

« Je gérais la librairie de la Cité de la BD, avec une équipe formidable, mais l'appel de l'indépendance a été très fort », nous explique Manon Picot, qui s'est formée comme son associée à l'IUT Bordeaux Montaigne. « Je vis au-dessus de la boutique depuis 4 ans, et j'y suis très attachée : je pense d'ailleurs que notre projet de reprise reflète les valeurs de la librairie. »

Spécialisée dans la jeunesse — Patricia Hawkins s'est longtemps déplacée dans les établissements scolaires pour y développer l'attrait pour la lecture —, Lilosimages conserve son nom dans le cadre de la reprise, mais s'étend à d'autres genres, la littérature adulte, les essais, ou encore les romans graphiques. « Nous avons doublé le nombre de références jeunesse, et Anaïs est spécialisée dans ce domaine : nous renouons d'ailleurs avec la tradition des déplacements dans les écoles, qui nous permettent de former nos lecteurs de demain. »

Lilosimages, librairie d'Angoulême
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Sur une surface de 80 m2 environ, la librairie propose 7000 références, dont 4500 destinées à la jeunesse, et peut accueillir les lecteurs pour divers événements, en poussant les tables d'exposition.
 

Une rénovation complète de la librairie


Le 28 janvier dernier, Anaïs Combeau et Manon Picot se trouvaient à Paris, au Centre Pompidou, pour la remise des bourses de la fondation Jean-Luc Lagardère, destinées à de jeunes créateurs dans plusieurs domaines, y compris la librairie. Lilosimages a obtenu une dotation de 30.000 €, destinée à soutenir un projet spécifique, après deux étapes de sélection incluant la constitution d'un dossier très précis sur l'établissement et un entretien portant sur l'usage de la bourse en cas d'obtention.

« Au moment de la reprise, nous n'avons pas pu financer de projet de rénovation, et c'est ce que cette bourse va nous permettre de faire. Nous allons changer les étagères, qui ne sont pas adaptées à la littérature : cette opération nous permettra de proposer 400 titres supplémentaires et de développer l'assortiment », détaille Manon Picot. « Nous souhaitons aussi refaire la devanture du magasin, pour mettre en valeur l'identité de librairie indépendante, ce qui nous parait essentiel : il faut la revendiquer, car les lecteurs la recherchent. » 

Lilosimages, librairie d'Angoulême
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Une réfection des sols et de la peinture de la librairie est également au programme, pour changer l'ambiance et les couleurs et les accorder à la nouvelle direction donnée au fonds.

Outre la dotation, « l'obtention de la bourse est rassurante, pour nous, car le projet a été décortiqué par des pairs, ce qui apporte une certaine validation et une belle reconnaissance », souligne Manon Picot. « Le projet est solide, culturellement, il se tient, et commercialement, il est viable. »
 
Pendant le FIBD, Lilosimages accueillait deux dédicaces d'auteurs par jour, en une période cruciale pour les librairies de la ville. « En dehors du festival, la saisonnalité est marquée : le mois d'août est le deuxième plus important de l'année après le mois de décembre, et cette saison touristique, dans laquelle Angoulême est un lieu de passage, prend de l'ampleur. »

Lilosimages, librairie d'Angoulême
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

La désertification du centre-ville, subie par Angoulême comme par d'autres villes moyennes, a été enrayée par une nouvelle génération de commerçants et de nouvelles enseignes, selon la libraire.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.