Anna Borissova, un pseudonyme de plus pour l'écrivain Boris Akounine

Clément Solym - 13.01.2012

Edition - International - Boris Akounine - pseudonyme - roman


Boris Akounine aura tenu en haleine durant plusieurs ouvrages, mais le public français risque de rester un peu de marbre, en découvrant qu'il était finalement l'auteur des ouvrages signés sous le nom d'Anna Borissova. 

 

Auteur de plusieurs dizaines de livres, Boris Akounine est en effet traduit en français depuis un bon moment. Tout le contraire des livres signés sous le prénom d'Anna, qui n'ont jamais franchi le seuil de nos frontières. Seul l'auteur russe, qui a décidé de mettre fin à cette supercherie, le choix du pseudonyme, qui plus est féminin, aura servi à lui offrir un bol d'air. Le besoin de changer de style d'écriture, et qui ne pouvait se faire qu'au travers de cet avatar textuel, pour ne pas choquer les lecteurs les plus assidus de ses précédentes oeuvres. 

 

Selon l'AFP, qui cite le blog, en russe, de l'auteur « J'ai décidé que si je voulais écrire quelque chose de différent (du style) d'Akounine, je devais prendre un autre nom pour ne décevoir personne. » Un rôle de femme, qui découle d'un croisement - littéralement - entre sa femme et lui, pour créer une autre identité, ajoute la BBC

 

 

 

« J'ai imaginé une femme cultivée, qui a atteint l'âge de la liberté, lorsque les enfants ont déjà grandi, lorsque l'esprit est mûr, et qui a sa personnalité. » L'auteure Anna a déjà publié trois livres, et vendu près de 200.000 exemplaires.

 

En confirmant ce qui n'était jusqu'à lors qu'une rumeur, l'écrivain a également expliqué que c'est en croisant le visage de sa femme et le sien qu'il était parvenu à créer le portrait d'Anna Borissova. « Le lecteur, comme le client, a toujours raison. Par conséquent.... j'ai décidé que si je voulais écrire quelque chose de complètement différent, je me donnerai un nouveau nom. Pour ne pas décevoir qui que ce soit. »

 

Anna avait un mari riche, qu'elle s'ennuyait un peu beaucoup, à la folie, et voulait partager son temps et des pensées et des sentiments qui ont jailli avec le temps. Et qu'elle avait finalement décidé de se mettre à écrire. Sur son blog, l'auteur avoue également avoir inventé le pseudonyme d'Anatoly O. Brusnikin, pour écrire de manière fondamentalement différente... Décidément...

 

Tous les livres de Boris Akounine, sur Comparonet

 

Mais plus drôle encore, Boris Akounine n'est déjà qu'un pseudonyme, puisque son véritable nom est Grigori Chalvovitch Tchkhartichvili. Car la méthode de Boris est également de multiplier les identités, puisqu'il avait déjà écrit sous le nom d'Anatoli Brousnikine. 

 

Fervent opposant au régime russe actuel, l'écrivain avait vu son blog attaqué par des pirates, en décembre dernier. Le site était alors inaccessible. Boris Akounine avait prononcé un discours farouche et menaçant : selon lui, le premier ministre de la Russie aurait tout intérêt à ne pas virer dans le despotisme, et devenir un autre Mouammar Kadhafi. 

 

Euronews avait filmé la scène et le discours