Anne Hidalgo propose la culture pour tous, sans les bibliothèques ?

Antoine Oury - 23.09.2013

Edition - Bibliothèques - Anne Hidalgo - Paris 2014 - municipales


Le grand raout des municipales a commencé depuis plusieurs mois, et la capitale s'attend à un duel sans merci entre Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP et Anne Hidalgo, candidate PS soutenue par le maire sortant Bertrand Delanoë. Cette dernière présente aujourd'hui ses priorités pour Paris, et, rayon culture, c'est l'absence des bibliothèques qui interpelle.

 


Anne Hidalgo recevait les libraires parisiens, début juillet 2013

 

 

 Parmi les propositions présentées sur le site Internet de la candidate PS, la page 4 présente une section intitulée « Une culture vivante pour tous ». En quelques lignes, celle-ci offre un aperçu de la politique culturelle menée par Anne Hidalgo, en cas d'élection :

Les équipements culturels doivent devenir plus accessibles et accueillants, qu'il s'agisse des horaires, des bâtiments ou des événements.

Si aucune mesure n'est annoncée spécifiquement pour les bibliothèques, les libraires bénéficieront visiblement d'un suivi comparable à celui des salles de cinéma :

Comme nous le faisons aujourd'hui pour le cinéma, nous serons aux côtés des professionnels du livre et de la musique et du spectacle pour préserver la richesse et la diversité de la production des supports culturels, les commerces culturels de proximité (librairies, disquaires) et les salles de spectacle.

Lors d'une rencontre au mois de juillet, la candidate avait pu s'entretenir avec des libraires sur la situation préoccupante des commerces de livres indépendants dans la capitale. À cette occasion, la nomination d'un interlocuteur privilégié au sein des services municipaux, à l'attention des libraires, avait été évoquée.

 

 

 

 

La situation des bibliothèques parisiennes mériterait pourtant une attention tout aussi soutenue : depuis plusieurs mois, les employés des établissements publics interpellent sur des conditions de travail considérablement dégradées, et un service public délivré aux citoyens qui s'en ressent. Vétusté des bâtiments, réduction des budgets et des effectifs, repos sur des moniteurs étudiants... Les revendications sont nombreuses, et les rangs des services culturels de la ville n'étaient pas désertés lors de la mobilisation contre la réforme des retraites, le 10 septembre dernier...