Anne Hidalgo veut offrir plus d'opportunités aux libraires

Nicolas Gary - 17.06.2014

Edition - Librairies - bibliothèques librairies - Ville de Paris - Anne Hidalgo librairies


La Mairie de Paris vient d'annoncer qu'au terme des discussions du Conseil de Paris, deux propositions en faveur de la librairie indépendante ont été adoptées, ce 17 juin. Sur proposition de l'exécutif municipal, les propositions visent à faciliter « l'accès des libraires indépendants aux marchés publics de manuels scolaires et de livres jeunesse ». 

 

 

Librairie l'attrape coeurs (Paris)

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Soucieuse d'apporter son soutien aux librairies indépendantes de la ville, qui « maillent les rues de Paris », et forgent « l'âme de la capitale », avec d'autres commerces de proximité, Anne Hidalgo a donc travaillé sur la question des marchés publics. En choisissant de faciliter l'accès des librairies de quartiers aux marchés de la ville, la maire de Paris et son équipe souhaitent approfondir l'opération Vital Quartier. Celle-ci proposait « des commerces culturels du Quartier Latin de bénéficier de loyers inférieurs au prix du marché ».

 

Au cours de l'examen de la proposition, le Conseil a donc adopté « deux délibérations sur les marchés d'acquisition de manuels scolaires et de livres jeunesse qui, par une subdivision des lots, permettent aux librairies indépendantes de candidater plus facilement aux appels d'offres de la Ville ».

 

Ainsi, la Mairie a choisi de passer de 10 lots aujourd'hui à 19. Les seuils sont fixés entre 1,783 million et 6,806 millions € HT annuels.

 

Voilà deux semaines, le premier adjoint chargé de la Culture, Bruno Julliard, présentait la lettre récapitulant les missions qu'Anne Hidalgo lui avait confiées. L'élue espère que soit lancé, « à horizon 2016 ou 2017 au plus tard, un événement de valorisation des libraires indépendants, conçu en concertation avec eux (par exemple une nuit de la librairie ou une fête des libraires lors de la rentrée littéraire) ». En conséquence Bruno Julliard aurait à charge de « développer des passerelles entre les bibliothèques et les librairies, de revoir les modalités d'acquisition par la Ville des ouvrages destinés aux écoles et aux bibliothèques, afin de faciliter l'accès à ces marchés pour des groupements de libraires parisiens ».

 

Les libraires auront également rendez-vous avec la Ville, à partir de cet automne, puisqu'une concertation sera lancée avec les établissements parisiens, pour mieux cerner leur place et leur rôle au sein de l'agglomération.