Saint-Saëns inspire un carnaval d'animaux à Éric-Emmanuel Schmitt

Florent D. - 29.09.2014

Edition - Les maisons - Le Carnaval des animaux - Saint-Saëns Eric-Emmanuel - Schmitt Anne Roumanov


Ah Camille... compositeur, certes, mais aussi pianiste, connu pour être parmi les premiers à composer une musique pour un film – c'était L'Assassinat du duc de Guise, un muet de 1908 réalisé par André Calmettes et Charles le Bargy. Saint-Saëns, de son petit nom, le plus trop jeune Camille composa en 1886, à cinquante ans, Le Carnaval des animaux, oeuvre insolite dans le paysage musical.

 

 

 

 

Ce carnaval n'avance pas masqué, bien au contraire : les instruments servent au compositeur à évoquer des animaux, parmi les plus communs et les plus insolites. Du coucou aux fossiles (eh oui, d'anciens animaux...), des éléphants au pianiste, une drôle de bête, celle-là, Saint-Saëns emportait ses auditeurs dans une balade musicale folle.

 

Que reprend à son compte Éric-Emmanuel Schmitt aujourd'hui. Il publie chez Albin Michel son Carnaval des Animaux, lu par Anne Roumanoff – le CD est intégré.

 

Le récit que je vous propose raconte une histoire, certes, mais une histoire qui, au lieu de cheminer à côté des notes, ouvre nos oreilles pour mieux les entendre.   La musique ne décrit pas le monde comme la peinture, la photographie, le cinéma ; elle a sa vie propre, son charme singulier ; pourtant elle peut se plaire à reproduire des éléments de la nature — le braiment de l'âne, le chant du coq ou du coucou —, à suggérer des formes, des mouvements, des couleurs et à se moquer des airs passés en les transformant en tortues, en éléphants ou en dinosaures.

 

Ce n'est pas la première fois que le livre inspire un auteur, et les adaptations pleuvent depuis des années. Celle de Schmitt repose sur des poèmes qui accompagnent la musique. L'ouvrage sait pourtant se distinguer, grâce au talent indéniable de Schmitt, et aux illustrations à l'aquarelle de Pascale Bordet.

 

France Musique, partenaire de cette publication, propose de retrouver quelques extraits musicaux, de la captation sonore. Anne Roumanoff en lectrice, lectrice de l'ouvrage, a été filmée durant la journée du 13 décembre.