Anonymous : souviens-toi du 5 novembre. Le roman de l'anonymat

Clément Solym - 11.10.2016

Edition - Les maisons - Anonymous roman Edouard Brasey - Guy Fawkes masque Anonymous - Souvien-toi du 5 novembre


Voilà deux ans, Edouard Brasey s’aventurait sur les terres du crowdsourcing. Un roman collaboratif, baptisé Anonymous, qui a été remanié et sortira chez Pygmalion le 19 octobre. Particularité : l’auteur a choisi de ne pas le signer et de conserver un certain anonymat. 

 

 

 

Au départ, c’est un livre autopublié, paru le 25 octobre 2014. Tout démarrait avec un groupe privé sur Facebook, et une communauté ainsi constituée d’Anons, des anonymes. Souviens-toi du 5 novembre représentait « une tentative de s’adapter à l’ère du livre numérique, ses enjeux, ses contraintes, mais également ses potentialités formidables », nous expliquait l’auteur.

 

Deux ans plus tard, le roman « a fait son chemin, je l’ai entièrement réécrit », souligne Edouard Brasey. Et voici que sort Anonymous — Souviens-toi du 5 novembre. Le romancier explique sa démarche en Introduction/Avertissement du livre, que nous publions ici dans son intégralité. « Dans un monde où les écrivains deviennent des marques dont l’étiquette prend plus d’importance que le contenu de leurs ouvrages, l’auteur a souhaité garder l’anonymat, rendant ainsi hommage au groupe de hackers dont s’inspire ce roman », indique pour sa part Pygmalion, l’éditeur

 

 

Avertissement 

 

Ce livre est un roman. Selon la formule consacrée, les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. Mais il n’est pas interdit au lecteur de se faire sa propre opinion, et l’auteur a suffisamment confiance en son intelligence pour parier sur le fait qu’il saura démêler le vrai du faux, la réalité de la fiction.

 

Car c’est bien de cela dont il est question ici : dans le jeu de masques qu’est devenu de nos jours ce qu’on appelle la réalité – qui se confond de plus en plus avec ce qu’on nomme le virtuel –, il est hasardeux d’établir une ligne de partage franche entre information et propagande, réel et illusion, documentaire et fiction. Les vérités avancent masquées, sous l’apparence du mensonge.

 

C’est la raison pour laquelle l’auteur de ce roman a préféré garder l’anonymat et ne pas signer Anonymous, qui se trouve être tout à la fois le titre de ce livre et le nom d’un groupe international de hackers et activistes anarchistes qui conduisent des actions de piratages informatiques massifs, notamment contre les institutions gouvernementales ou les grands groupes financiers, au nom de la liberté et du refus de la manipulation de masse.

 

Concevoir la relecture d’un roman "dans un esprit d’interactivité et de partage" 

 

 

Les membres d’Anonymous apparaissent en public sous le masque de Guy Fawkes, au visage proche du Matamore de la commedia dell’arte. Guy Fawkes a réellement existé. Il s’agit d’un catholique anglais du début du XVIIe siècle qui a pris part à la Conjuration des poudres, à l’occasion de laquelle il comptait faire exploser la Chambre des lords du palais de Westminster, à Londres, le 5 novembre 1605, en entreposant des explosifs dans les caves, et massacrer ainsi toute l’aristocratie réunie autour du roi protestant Jacques Ier. 

 

Arrêté, il fut torturé et mis à mort. Depuis, il est devenu un personnage populaire, que l’on fête chaque année le 5 novembre dans les pays anglo-saxons. Le Guy Fawkes Day est commémoré par des feux d’artifice, tandis que les enfants mettent le feu à un pantin masqué représentant le Guy, qui de prénom est devenu un mot courant désignant familièrement un personnage masculin, a guy, à savoir un « mec », un homme ordinaire, anonyme. 

 

Un représentant de la majorité silencieuse qu’Anonymous a décidé collectivement de transformer en un anarchiste rebelle à toute forme d’autorité injuste.

 

Ce roman, par définition fictif, dans lequel des perles de vérité ont pu être semées, retrace donc l’histoire – vraie ? fausse ? c’est à chacun d’en juger – d’Anonymous entre le 5 novembre 1605 et le 5 novembre 2020, à savoir plus de quatre siècles de conspirations.

 

Quatre siècles de luttes entre le Pouvoir et les servitudes qu’il impose, et les Anonymes et la liberté qu’ils défendent.

Edouard Brasey

 

 

5 novembre 1605. Guy Fawkes, l’un des principaux membres de la Conspiration des poudres, tente de faire sauter le palais de Westminster le jour de l’ouverture de la Chambre des Lords et de tuer le roi Jacques Ier.
5 novembre 2020. Le groupe puissant et informel Anonymous diffuse sur l’ensemble des chaînes télévisées du monde entier un message étrangement menaçant : 

 

« Nous sommes Anonymous.

Nous sommes légion.

Nous n’oublions pas.

Nous ne pardonnons pas.

Redoutez-nous.

Souviens-toi du 5 novembre ! » 

 

Le monde est sur le point de basculer.Quatre siècles de conspirations vont trouver leur conclusion.


Quatre siècles de luttes entre le Pouvoir et les servitudes qu’il impose, et les Anonymes et la liberté qu’ils défendent. De Shakespeare à John Lennon en passant par Charles Manson, l’Histoire appartient au complot. Ces personnalités étaient-elles des Anonymes ou des esclaves du Pouvoir ? 

 

©Pygmalion, département de Flammarion, 2016