Anthony Burgess et son Orange mécanique de retour pour une édition anniversaire

Cécile Mazin - 09.01.2017

Edition - Les maisons - Anthony Burgess roman - Orange mécanique roman - édition anniversaire Burgess


À l’occasion des cent ans de la naissance d’Anthony Burgess, la collection Pavillons Poche de Robert Laffont réédite le roman culte avec une postface inédite de l’auteur et des fac-similés du tapuscrit illustré par ses propres dessins.

 

orange mécanique réédition

 

 

C’est le 25 février 1917 que John Anthony Burgess Wilson voit le jour à Manchester. La postérité, en France, a principalement retenu de lui son goût prononcé pour les agrumes de même que les Britanniques lui prêtent volontiers un penchant pour l’horlogerie fine.

 

Bref, le centenaire de la naissance du romancier – également musicien et linguiste – sera fêté comme il se doit chez Pavaillon Poche avec la réédition d’un classique, A Clockwork Orange, paru en 1962 et pour la première fois traduit en français en 1972, par L’Orange mécanique (trad. Georges Belmont et Hortense Chabrier)

 

Le décor inquiétant de cette fable anti-utopiste est bien connu : c’est celui de la banlieue concentrationnaire qui va recouvrir peu à peu la surface habitable de la planète. Sur ce monde déshumanisé et ses habitants asservis, Alex, le voyou au charme pervers féru de musique classique et de langues anciennes, entend régner par la violence et la terreur.

 

À la tête de sa horde adolescente, il matraque, viole, brûle, torture, et s’acharne à détruire une société programmée pour le bonheur et le progrès. Un jour, il est arrêté et envoyé en prison. Afin de faire écourter sa peine, il se porte volontaire pour une thérapie révolutionnaire financée par le gouvernement dans le cadre d’un programme expérimental d’éradication de la délinquance.

 

Ce que l’on sait peut-être moins, c’est que le livre part d’une tragique histoire vraie : la première femme de Burgess avait été agressée par des soldats américains qui avaient déserté, en 1944...

 

Né en 1917, venu à la littérature à l’âge de quarante ans, Anthony Burgess, linguiste et musicien, occupe immédiatement une place à part dans les lettres anglaises. Cette édition enrichie contient une préface inédite d’Anthony Burgess. Le tout est traduit de l’anglais par Georges Belmont et Hortense Chabrier.

 

Rendez-vous le 16 février prochain....