Anticiper la délinquance chez l'enfant : aucun sérieux scientifique

Clément Solym - 02.12.2008

Edition - Société - anticiper - délinquance - enfants


Hier les propos de Frédéric Lefebvre concernant une « détection précoce des troubles du comportement chez le très jeune enfant » n'ont pas manqué de faire réagir la communauté médicale.

Ainsi, le Dr Richard Horowitz, Président de la Fédération des Associations Nationales des CMPP (Centres Médico-Psycho-Pédagogiques), a pointé du doigt que deux ans auparavant, les 800 praticiens avaient déjà réagi défavorablement à cette idée et s'étaient « prononcé en nombre sur l’inanité de telles pratiques ».

La semaine passée, avant même que M. Lefebvre n'élucubre, les professionnels avaient « réaffirmé l’absence de toutes possibilités scientifiques sérieuses permettant de prédire le devenir ultérieur d’un enfant à partir de ses agissements à la crèche ou à l’école maternelle ».

Et de rappeler que les rapports évoqués par le porte-parole de l'UMP ont été infirmés ou retirés, alors même qu'ils constituent l'argumentaire de base pour remettre sur le tapis cette idée saugrenue. Ce type de décision et de projets sont « susceptibles d’isoler et de désocialiser l’enfant en le stigmatisant », rappelle la fédération, ainsi que l'avaient souligné en 2006 la pétition Pas de zéro de conduite.

« Ce discours démagogique tente, à notre sens, d’évacuer du débat public le démantèlement de nombreux dispositifs chargés d’aider les jeunes en difficulté et de se substituer à la mise en place d’une réelle politique de l’enfance », ajoute le communiqué. En effet, on rappellera que la suppression massive de postes, notamment les RASED, le retrait des postes éducation nationale dans les CMPP, ou encore la baisse des moyens de pédo psychiatrie ne seront pas compensés par de telles mesures.