Antitrust : la boîte aux lettres du DoJ déborde

Clément Solym - 13.06.2012

Edition - Justice - Department of Justice - procès antitrust - livre numérique


Le Department of Justice, qui a assigné en justice Apple et cinq éditeurs pour entente sur le prix des ebooks, et donc violation des lois antitrust, ne manque assurément pas de lecture : John Read, le chef de la section Antitrust du Doj a ainsi reçu 150 lettres d'auteurs, d'éditeurs et de lecteurs, qui condamnent, ou au contraire expriment leur soutien pour l'action judiciaire.

 

Parmi ces missives, nous vous en avions présenté quelques-unes : celle de Mike Shatzkin, éditeur, qui s'inquiète des conclusions du DoJ, (voir notre actualitté) ou encore celle du truculent Joe Konrath, un auteur indépendant, qui proclame qu'Amazon est la « seule société qui encourage la concurrence » dans le monde de l'édition. (voir notre actualitté) Dernière en date : Therese Poletti, journaliste de Market Watch, a sorti sa plume pour une lettre ouverte au DoJ : « Le DoJ doit reconsidérer le règlement qu'il propose. » Difficile de faire plus limpide.


 

Your mailbox is full

 

 

Si vous désirez vous aussi vous exprimer sur les tenants et aboutissants de l'affaire, sachez qu'il vous reste jusqu'au 25 juin pour faire parvenir votre avis à John Read. Au-delà, la période de commentaires publics sera terminée.

 

Toutes les lettres parvenues avant cette date devraient normalement être ajoutées au Registre fédéral. Mais, étant donné le stock « volumineux » de commentaires, représentant pour l'instant un total de 200 pages, le DoJ a demandé à la juge Denise Cote de faire une entorse au règlement en numérisant les lettres sur le site de la section Antitrust afin d'imprimer uniquement un lien dans le registre.

 

À lire : Antitrust : Le procès du livre numérique aux États-Unis

 

Le DoJ chiffre en effet l'impression de toutes les lettres, et leurs ajouts à tous les exemplaires du dossier, à 100.000 $. Rien que ça... La date-butoir pour le verdict a quant à elle été fixée au 27 juillet par la juge Cote.