Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Appel à la Turquie : libération immédiate de Ragip Zarakolu

Clément Solym - 18.11.2011

Edition - International - Ragid Zarakolu - libération - Turquie


Fini de rire : maintenant l'Union internationale des éditeurs et le PEN international exigent que la Turquie arrête ses violations des droits de l'Homme, et libère Ragip Zarakolu, éditeur emprisonné depuis le 4 novembre dernier, dans la ville d'Izmit, à 80 km d'Istanbul.

 


Les deux organisations professionnelles ne cachent pas leur inquiétude, attendu que l'incarcération pourrait durer tout une année, alors qu'il ne s'agit que d'une détention provisoire. En outre, elle entrerait en violation des obligations internationales de la Turquie, en particulier au vu de l'article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'Homme (CEDH).

Réclamant dès lors sa libération immédiate et sans délai, les organisations rappellent que l'éditeur est l'une des victimes de la Turquie, qui a mis aux fers plusieurs intellectuels, dont le fils de Ragip ou encore L'écrivain et professeur Büşra Ersanli. Tous sont soupçonnés, ou du moins, arrêtés, en vertu de la loi contre le terrorisme, quivisee surtout les partis politiqueskurdess.

Bjørn Smith-Simonsen, Président du comité liberté de publier de l'Union internationale des éditeurs (UIE) a déclaré  : « Aujourd'hui, il ne s'agit pas seulement de la survie de la maison d'édition Belge fondée en 1977 par Ragıp Zarakolu et son épouse.

 

En tant que président du Comité Liberté de Publier de l'Association des éditeurs turcs (AET /TYB), cela fait des années que Ragıp Zarakolu recense courageusement et patiemment les nombreuses violations du droit à la liberté de publier en Turquie, y compris celles visant les petits éditeurs kurdes, ceux qui normalement n'intéressent pas grand monde.


En mettant cet homme derrière les barreaux, les autorités veulent s'assurer que ce travail fondamental de Zarakolu – documenter, recenser, rendre publiques TOUTES les violations de liberté de publier en Turquie – prenne fin.

Ceci est inacceptable pour l'Union internationale des éditeurs. Le récipiendaire du Prix liberté de publier de l'UIE (en 2008) doit être libéré immédiatement. Comme je le disais il y a deux semaines, quand la 14ème Chambre de la cour d'assises d'Istanbul a ordonné l'incarcération de Ragıp Zarakolu, cet homme n'a rien à faire en prison.


Tout au contraire, c'est un prix Nobel qu'il mérite. De plus, notre regrettons que notre demande de rencontre de l'ambassadeur turc auprès de l'ONU à Genève reste sans réponse pour l'instant et continuons de souhaiter cette rencontre avec Monsieur l'Ambassadeur. »