Appel de Strasbourg : des écrivains engagés pour la paix

Clément Solym - 08.10.2012

Edition - International - Boualem Sansal - David Grossman - Appel de Strasbourg


Ce week-end à Strasbourg, en marge du lancement du Forum mondial pour la démocratie organisé par le Conseil de l'Europe, le romancier algérien Boualem Sansal et son pair israélien David Grossman se sont retrouvés 5 mois après une première rencontre à Jérusalem. Ensemble les deux écrivains ont lancé l'appel de Strasbourg pour la paix, posant les bases d'un rassemblement mondial d'écrivains. Cette initiative est soutenue par le Centre Nord-Sud.

 

 

Le romancier Boualem Sansal devait recevoir, au printemps dernier, le prix du Roman arabe pour sa Rue Darwin éditée chez Gallimard. Mais la récompense avait été annulée par les diplomates des pays arabes qui le finançaient, sous le prétexte que l'Algérien s'était rendu quelques semaines auparavant, au Festival international des écrivains de Jérusalem dont il était invité d'honneur.

 

Si le point de vue du Hamas décrivait le voyage de l'écrivain comme un acte de trahison, un certain nombre de jurés du prix avaient protesté contre cet étonnant revirement de situation, et le prix a été remis plus tard de manière symbolique à Sansal dans les salons de Gallimard.

 

David Grossman quant à lui s'est rendu célèbre par son premier livre, Le vent jaune, où il décrivait les torts causés aux Palestiniens par l'armée israélienne lors de l'occupation. Cet ouvrage lui vaudra l'accusation de trahison par le premier ministre israélien de l'époque, Yitzhak Shamir.

 

À Strasbourg, les deux hommes ont lu un texte qu'ils ont écrit à quatre mains, l'un en français et l'autre en anglais. Alors que ressurgissent les tensions entre les États d'Israël et de Palestine, celles encore entre la Chine et le Japon, ils déclarent vouloir stopper la marche vers le fascisme et les réalisations de prétentions hégémoniques, et dénoncer l'inefficacité de la communauté internationale. Sansal et Grossman sont persuadés que les écrivains ont « leur part dans ce combat ».

 

Le lancement de cet appel vise à créer un véritable « réseau » qui pourra se reposer sur un secrétariat basé à Strasbourg. Il est en outre prévu de nommer tous les deux ans un représentant officiel, et une liste de signataires est annoncée pour le 11 octobre.

Les écrivains ont leur part dans ce combat et nous exprimons ici notre détermination à l'assumer avec fermeté et objectivité. Nous exhortons tous les écrivains dans le monde à nous rejoindre. Ensemble, nous pouvons influencer les décideurs et l'opinion publique et ainsi peser sur le cours des choses, afin que les valeurs de la paix soient renforcées partout dans le monde. Nos moyens dans ce combat sont la littérature, le débat, la vigilance. Peut-être est ce peu, mais c'est notre façon de préserver notre dignité dans un monde empreint de violence et de cynisme.