Apple veut des DRM sur les livres audio vendus sur iTunes

Clément Solym - 14.12.2009

Edition - Justice - apple - veut - drm


Depuis le 29 janvier 2009, iTunes ne propose plus de musique avec DRM, tout en aménageant des tarifs revus à la baisse. D'ailleurs, on le sait, et tout le monde le sait : non seulement les DRM ne servent à rien d'autre que rassurer (illusoirement) l'ayant droit, mais surtout, ils freinent les ventes de livres, de musique ou de tout ce sur quoi on aura réussi à en coller. Voilà pourquoi la dernière réaction d'Apple au sujet des verrous numériques et des audiobooks laisse perplexe.

Le cas de Cory Doctorow montre pourtant que la situation n'est pas aussi claire qu'on le croyait. Cory n'est pas ce que l'on qualifierait de débutant dans le web : il chronique, blogue et écrit à son sujet. L'un de ses derniers ouvrages, Little Brother, parle de puces RFID, de terrorisme (cyber ou non), du parti pirate, etc. Cory se retrouve même régulièrement sur le blog Boing Boing (ses positions quant au piratage...)

Publié chez Random House, il parvient à convaincre que son éditeur que la version audio de son livre, Makers, doit sortir sans DRM - question de logique. Mais pour la diffusion du titre, la question des DRM n'aura pas été de soi : Audible et Apple sont en effet les deux grands canaux pour la vente de livres audio. Et leurs idées sur le sujet ne vont pas dans le sens de celles de Cory...

Audible, explique Cory dans une tribune de Publishers Weekly, a gentiment accepté de vendre le livre en version sans DRM, avec l'avantage de pouvoir ensuite vendre également le fichier sur iTunes. Force est alors de se regarder dans une glace et d'admettre qu'il va falloir contacter Apple, en position de quasi-monopole sur le secteur de la musique et de la diffusion par conséquent d'audiobooks. Et Apple a dit ok pour la vente. Mais a surtout dit obligation de DRM... C'est ça ou rien, peu importe la volonté de l'éditeur, de l'auteur ou du Pape : seule celle d'Apple a voix au chapitre.

La solution aura finalement été de glisser un Contrat de licence pour l'utilisateur final, qui, dans l'esprit, agit comme un DRM moral, par le biais duquel l'acheteur s'engage à ne pas copier le fichier sur un autre appareil, ni le convertir en un autre format.

Alors que l'éditeur se sera montré parfaitement compréhensif et plutôt ouvert sur le sujet, Cory regrette et déplore l'attitude d'Apple