Après 3 ans de travaux, la bibliothèque de l'Institut du monde arabe ouvre ses portes

Antoine Oury - 31.03.2017

Edition - Bibliothèques - bibliothèque IMA - institut du monde arabe bibliothèque - bibliothèque tour des livres


La bibliothèque de l'Institut du monde arabe, flambant neuve, ouvre ses portes au public ce 31 mars après 3 ans de travaux. Une rénovation physique, technique et documentaire pour attirer le grand public, les étudiants et les chercheurs dans un établissement qui se veut une référence en matière de documentation sur le monde arabe.

 

Bibliothèque de l'Institut du monde arabe

La bibliothèque de l'Institut du monde arabe (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

L'Institut du monde arabe (5e arrondissement de Paris), qui accueille près d'un million de visiteurs par an, dispose désormais d'une bibliothèque à la hauteur de la mission qu'il s'est donnée, promouvoir et rendre accessible la culture arabe, dans sa plus large acception. « J'ai toujours imaginé le paradis comme une sorte de bibliothèque », a souligné Jack Lang, président de l'IMA, en inaugurant l'établissement. La promesse de cette rénovation, c'est d'en proposer un coin pour tout le monde.

 

Pour attirer le grand public, la bibliothèque est accessible librement et gratuitement, avec une entrée plus proche du flux des visiteurs de l'IMA, au 1er étage. Elle est ouverte à tous sans inscription pour une consultation des documents sur place, avec 100.000 ressources, dont la moitié en accès libre, 6000 documents anciens et 3 salles de lecture sur 3 niveaux, soit 150 places. Différents tarifs ont été mis en place pour la consultation des documents, avec des possibilités d'accès à distance à certaines ressources.

 

Si la célèbre façade Moucharabiehs est un élément incontournable du bâtiment imaginé par Jean Nouvel et Architecture-Studio, la Tour des livres, édifice de 32 mètres de haut et colonne vertébrale de la bibliothèque, vaut aussi le détour.

 

 

 

Les 3 ans de travaux, pour un budget de 3 millions € payés par l'État du Koweït, étaient plus que nécessaires : « Le premier axe de cette rénovation », nous explique Jalila Bouhalfaya-Guelmami, « était technique : il a fallu réinformatiser toute la bibliothèque, mais aussi changer de système d'information documentaire pour le catalogage des documents. Nous avons ainsi migré dans un même catalogue 18 bases de données, notamment la plus importante en langue française et en arabe. »

 

Pour devenir un pivot de la conservation et de la valorisation des documents sur le monde arabe, la bibliothèque de l'IMA a fait entrer ses catalogues dans le cadre normatif des établissements patrimoniaux. Grâce à cette mise aux normes, la bibliothèque peut désormais importer et exporter des notices bibliographiques et participer à la mutualisation des ressources de référencement documentaire, à travers, notamment, le SuDoc, le Système Universitaire de Documentation, ou WorldCat, le catalogue mondial des notices de bibliothèques.

 

Bibliothèque de l'Institut du monde arabe

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

La mutualisation des documents a aussi été travaillée, avec la possibilité pour d'autres établissements de louer les documents de l'IMA pour les proposer à leurs usagers, à raison de 1 € par livre, pour un mois de prêt.

 

L'autre axe des travaux concernait l'offre documentaire : « Elle était principalement déployée sur l'imprimé auparavant, et nous l'avons enrichi par des ressources multimédias, des CD, des DVD, des films documentaires, des films de fiction arabes... Nous allons aussi nous abonner à des offres de film et de musique en ligne », explique la directrice de la bibliothèque. Pour libérer des espaces physiques pour d'autres collections, des ressources numériques ont parfois été préférées sur les documents imprimés, pour les sciences humaines et sociales par exemple. Une offre de liseuses chargées de romans sera bientôt proposée aux usagers inscrits.

 

Les ressources numériques, qui concernent aussi des revues et la presse, en français comme en langue arabe, pourront également être consultées à distance, après identification.

 

Bibliothèque de l'Institut du monde arabe

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Enfin, les espaces eux-mêmes ont été repensés, note Jalila Bouhalfaya-Guelmami, avec une refonte complète de la climatisation, de l'éclairage et de l'isolation sonore, ainsi qu'une mise aux normes en matière d'accessibilité. « Le 1er étage est désormais tourné vers une offre de découverte du monde arabe, avec 5000 documents, livres, revues, mais aussi la production culturelle de l'IMA, notamment les catalogues des grandes expositions du lieu. »

 

Ce 1er étage offre ainsi une entrée facilitée dans le monde arabe, avec des ouvrages d'histoire et de civilisation, sur des enjeux contemporains, l'art islamique ou arabe contemporain, ou encore une sélection de littérature et de bandes dessinées. « L'objectif est d'attirer des publics autres que les chercheurs, les étudiants et les professeurs, même si nous nous donnons pour mission de servir encore mieux ces publics. » 70 % des usagers de la bibliothèque de l'IMA relèvent en effet de cette catégorie.

 

D'autres actions de médiation seront mises en place pour mettre en avant les compétences de l'équipe de 20 personnes, directrice comprise, de la bibliothèque : l'établissement est ainsi le 2e à fournir le plus de réponses sur le réseau de questions en ligne Eurékoi, « ce qui prouve la curiosité du public pour le monde arabe ».

 

Bibliothèque de l'Institut du monde arabe

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Au rayon patrimoine, l'IMA a de quoi faire : dans ses collections, on trouve notamment un Coran ayant appartenu à Arthur Rimbaud, de belles éditions des Mille et une Nuits, ou encore La Description d'Égypte, publiée par l'imprimerie impériale en 1809. En partenariat avec la Bibliotheca Alexandrina en Égypte, spécialisée dans la numérisation des manuscrits en langue arabe, l'IMA a procédé à la numérisation de son fonds de documents du domaine public.

 

Les manuscrits rares du Maroc s'exposent à l'Institut du Monde arabe

 

L'accueil du public au sein de la bibliothèque sera assuré par l'équipe, parfaitement bilingue. La politique d'acquisition qu'elle met en œuvre est « délibérément tournée vers le monde arabe contemporain, mais couvre aussi les sources de la culture arabe classique », précise Jalila Bouhalfaya-Guelmami. « Nous effectuons nos achats en France, mais aussi dans le monde arabe, et nous efforçons de conserver un certain équilibre dans notre mission de couverture de l'ensemble de l'aire du monde arabe. »

 

La bibliothèque est désormais ouverte le dimanche, « fruit d'une réflexion sur le rythme de fréquentation de l'IMA », note la directrice. « Il n'était pas normal que la fréquentation soit plus élevée le week-end et que la bibliothèque soit fermée le dimanche. » De la même manière, l'établissement est désormais fermé le lundi, comme l'IMA. Une organisation par roulement a été adoptée pour le confort des personnels, « et les échanges d'horaires sont possibles ».

 

Bibliothèque de l'Institut du monde arabe

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Remise à neuf et dotée d'un mobilier en verre et en métal qui répond de manière efficace à la façade de l'établissement, la bibliothèque a retrouvé toute sa superbe, après plus de trente ans de bons et loyaux services. La Tour des livres est un incontournable, « avec ses rayonnages faits sur mesure pour s'adapter parfaitement à la structure. Ces rayonnages en spirale sont uniques au monde », souligne la directrice de la bibliothèque.

 

Mais ce travail d'architecte a aussi ses défauts : cette tour des livres pose de nombreux problèmes fonctionnels, du mode de classification au mal de dos. « Nous avons choisi d'investir cet espace avec la littérature arabe contemporaine, car il s'agit de la discipline qui se prête le mieux à la déambulation et au hasard des trouvailles. »

 

Et puis, le paradis vaut bien quelques rhumatismes.