Après Barnes & Noble, Books-a-Million annonce son mauvais trimestre

Julien Helmlinger - 28.08.2013

Edition - Librairies - Barnes & Noble - Books-a-Million - Finances


Tandis que le cours en bourse de la chaîne de librairies Barnes & Noble semble avoir besoin de remonter la pente, et que son directeur exécutif a ajouté quelques inquiétudes en délaissant sa part de capital, l'enseigne Books-a-Million (BAM!) vient de publier à son tour un rapport financier peu reluisant. Sur les deux derniers trimestres, la santé financière de B&N resterait néanmoins plus critique que celle de son concurrent.

 

 

 Crédits : BAM!

 

 

Dans son bilan, l'enseigne Barnes & Noble, qui se voit en outre quelque peu freinée dans sa croissance par la gamme Nook, a fait état d'une perte de 9,1 % des ventes en magasin, ainsi qu'une chute de 9,9 % en termes de recettes totales de la division de commerce au détail. Une contre-performance finalement similaire à celle que vient d'indiquer BAM!.

 

À savoir, sur une période de 13 semaines, prenant fin au 3 août 2013, la seconde chaîne de librairies américaines a quant à elle enregistré une baisse des revenus nets, à hauteur de 8,6 % par rapport à l'année précédente. Passant ainsi de 119,5 millions de dollars à 109,2 millions $.

 

Au second trimestre, le déclin des ventes en magasin BAM! aurait été de 12 % par rapport aux 13 semaines précédentes, soit une perte nette de 0.61 dollar par action diluée ou 9 millions de dollars au total. Tandis qu'elle était de 0,9 million, ou 0,06 dollar par action, sur la même période l'année précédente.

 

Sur la période de 26 semaines avant le 3 août, englobant les deux trimestres, les revenus nets auraient diminué de 8 % en comparaison à 2012, passant de 231,8 à 213,2 millions de dollars.

 

Les ventes en magasin auraient chuté de 9,5 % et la société aurait affichait une perte nette de 12,6 millions, ou 0,86 dollar par action diluée, comparativement à  2,8 millions, ou 0,18 dollar par action diluée, sur la même période en 2012.

 

À noter que prochainement, Books-a-Million devrait tester la mise en place de machines Print on Demand dans certaines de ses boutiques.