Après l'incendie de la bibliothèque de Meylan, des bénévoles se mobilisent

Cécile Mazin - 01.08.2016

Edition - Bibliothèques - bénévoles incendies bibliothèque - Meylan bibliothèque dégradation - mairie livres lecture


Dans la nuit du 26 au 27 janvier derniers, deux incendies d’origine criminelle se déclarent dans une ville proche de Grenoble. D’abord la bibliothèque, puis le gymnase municipal de la ville de Meylan sont détruits par les flammes. La fermeture des établissements fut impérative, et la reconstruction se poursuit. 

 

Crédit Bibliothèque de Meylan

 

 

La bibliothèque avait tout mis en œuvre pour prévenir les habitués, et dès le lendemain de l’incendie, avertissait de sa fermeture « jusqu’à nouvel ordre ». Mi-juillet, l’établissement a redressé la tête un peu plus, et appelé les âmes bienveillantes à apporter un coup de main. « Des arrestations ont eu lieu, mais la ville a eu son lot d’actes de vandalismes », explique-t-on à la mairie.

 

« Suite à son incendie en janvier dernier, la bibliothèque Mi-Plaine, dernièrement rebaptisée Simone Lagrange, est en pleine reconstruction. Pour la remise en rayon de ses documents, nous faisons un appel à bénévoles. » Le numéro de téléphone était fourni, et toute l’équipe remerciait par avance les soutiens, pour ce coup de main. 

 

France Bleu s’est rendu sur les lieux, découvrant l’implication de chacune et chacun. Anne-Laure Querlioz, la responsable de Mi-plaine devenue Simone Lagrange, se souvient : « Il y avait de la suie partout, les nettoyeurs sont passés, pour désintoxiquer le tout, mais il restait encore plein de saleté, évidemment. » 

 

Simone Lagrange – hommage à une ancienne déportée, revenue d’Auschwitz, et qui n’avait de cesse que de raconter son histoire, et témoigner auprès des générations suivantes...

 

"Une perte terrible"

 

Françoise Balas, adjointe à la culture, précise à ActuaLitté que l’établissement n’a pas flambé, « ce fut un effet de combustions lentes, avec pour conséquence de répandre de la suie partout ». Meubles, livres, sols, murs, rien n’a été épargné. « Toute la bibliothèque était contaminée par cette suie, éminemment toxique. »

 

Une société spécialisée a été dépêchée pour procéder à la décontamination – et interdiction d’entrer avant cela. Reste qu’en dépit de cette intervention, certains ouvrages gardaient une tranche encore noircie. « Quand cela était possible, nous avons procédé au masicottage, pour couper les tranches. Mais dans le cas de livres pour enfants, de bandes dessinées, ce n’est pas possible. Il a fallu gommer cette suie, découvrir les livres, et les recouvrir. »

 

Les dégâts furent considérables : 30.000 ouvrages recouverts de suie, un nettoyage impératif des lieux, et les travaux qui ont débuté pour tout remettre sur pied. Toutefois, il a fallu se débarrasser d’un tiers des ouvrages, et ceux qui ne partaient pas à la poubelle devaient être soigneusement nettoyés. 

 

Un travail long, fastidieux : heureusement des bénévoles se sont présentés. D’abord un premier appel a été fait aux inscrits des différents établissements, puis avec un appel dans la presse. « Près de 35 personnes se sont présentées la semaine passée, pour apporter leur aide », ajoute l’adjointe. De leur côté, les bénévoles participent à remettre les ouvrages en place, et aux derniers besoins de nettoyage.

 

L’événement, qui survient en même temps que le Forum des associations, fait suite au désherbage dans les bibliothèques, permettra de réunir des fonds pour racheter les ouvrages détruits. Elle salue par ailleurs « le travail énorme des bibliothécaires, qui ont fait de leur mieux pour que l’établissement soit rouvert dans les meilleurs délais ».

 

« Il nous faut réinvestir dans de nouveaux ouvrages, mais c’est une perte terrible. Remplacer un tiers de notre fonds dans le courant de l’année sera impossible. Et que l’on s’en soit pris à un établissement de transmission du savoir, c’est juste lamentable », déplore l’élue.

 

Et d’ajouter : « Bien entendu, si des éditeurs souhaitent nous venir en aide, leur geste sera le bienvenu. »

 

La réouverture est prévue pour le mois d’octobre prochain.