Après la mort de George Floyd, les ventes de livres antiracistes augmentent

Camille Cado - 05.06.2020

Edition - International - antiracisme livres - vente livres antiracisme - George Floyd livre


Le meurtre de George Floyd le 25 mai dernier à Minneapolis, dans le Minnesota, a provoqué un soulèvement sur le territoire états-unien et au-delà. Pour alimenter leur lutte, de nombreux militants ont décidé de se tourner vers des ressources documentaires, cinématographiques ou encore littéraires. Parmi lesquelles des ouvrages dénonçant le suprémacisme blanc, les inégalités ainsi que les violences policières.
 
The George Floyd mural outside Cup Foods at Chicago Ave and E 38th St in Minneapolis, Minnesota
 

The Guardian a révélé que les ventes de livres antiracistes avaient augmenté aux États-Unis, mais également en Grande-Bretagne, depuis le meurtre de George Floyd. Les ouvrages abordent des sujets au cœur des débats actuels comme le privilège blanc ou encore le profilage racial.

Ainsi, selon les données communiquées, Why I’m No Longer Talking to White People about Race de Reni Eddo-Lodge est le livre le plus vendu sur Amazon au Royaume-Uni et est d’ailleurs désormais en rupture de stock sur la plateforme de Jeff Bezos. Publié par les éditions Autrement en 2017 sous le titre Le racisme est un problème de Blancs, dans une traduction de Renaud Mazoyer, le titre est malheureusement épuisé en français. 

Me and White Supremacy : Combat Racism, Change the World, and Become a Good Ancestor de Layla F Saad publié en janvier 2020 et Natives: Race and Class in the Ruins of Empire de Akala — tous deux inédits en français — sont respectivement à la 5e et 7e place des livres les plus vendus sur Amazon UK et sont également en rupture de stock.

Du côté des États-Unis, le livre le plus vendu est White Fragility : Why It's So Hard for White People to Talk About Racism de Robin DiAngelo. Publié en 2018, l’ouvrage aurait droit à sa traduction française d’ici janvier 2021 aux éditions Les Arènes (via Courrier International). 

So You Want to Talk About Race d’Ijeoma Oluo et How to Be an Antiracist d’Ibram X. Kendi apparaissent également dans le classement des titres les plus vendus sur Amazon US. 

« Je suis heureuse que les gens lisent mon livre. Mais si vous pensez que vous aurez compris le racisme après avoir fermé mon livre, sachez qu’il vous reste encore beaucoup de choses à lire. Mon livre se veut être une introduction, c’est un outil pour déverrouiller les discussions autour du racisme » a tenu à rappeler l’écrivaine américaine Ijeoma Oluo. Elle a d’ailleurs conseillé à ses lecteurs des auteurs comme Assata Shakur, Angela Davis, Audre Lorde, Octavia Butler et James Baldwin.

 

Les livres antiracistes en livre audio 
 

Face au succès de ces livres militants en version physique, qui entrainent alors des ruptures de stock auprès des détaillants en ligne ou dans les librairies, les lecteurs se tournent vers d’autres formats de lecture.
 

GEORGE FLOYD : 13 livres contre le racisme


Ainsi, la plateforme Libro.fm, spécialisée dans les titres audio, a annoncé que ces livres les plus vendus la semaine dernière étaient également des ouvrages antiracistes. 

La liste des ouvrages les plus vendus est la suivante :

1. How to Be an Antiracist d' Ibram X. Kendi (Penguin Random House Audio)
2. White Fragility de Robin DiAngelo (Beacon Press)
3. Me and White Supremacy de Layla F. Saad (Blackstone Audio)
4. So You Want to Talk About Race d'Ijeoma Oluo (Blackstone Audio)
5. Stamped: Racism, Antiracism, and You de Jason Reynolds et Ibram X. Kendi (Hachette Audio)
6. Stamped from the Beginning d' Ibram X. Kendi (Novel Audio)
7. Between the World and Me de Ta-Nehisi Coates (Penguin Random House Audio)
8. The New Jim Crow de Michelle Alexander (Recorded Books)
9. Hood Feminism de Mikki Kendall (Penguin Random House Audio)
10. The End of Policing de Alex S. Vitale (Tantor Media)

Notons également que les ventes de ces 10 livres audio, arrêtées ce lundi 1er juin, ont connu une augmentation de plus de 500 % par rapport aux 10 livres audio les plus vendus à la date du 1er mai.
 

S’informer : lire pour lutter


Ce regain d’intérêt pour les livres militants antiracistes depuis la mort de George Floyd révèle une fois de plus l’importance des livres comme arme de lutte, mais celle également des institutions comme les librairies ou encore les bibliothèques.

Dans une lettre publiée ce 5 juin, La Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (l’IFLA) a tenu à rappeler l’importance des bibliothèques dans ce combat, mais aussi, le fait que le racisme n’avait pas sa place dans la société que ces institutions s’efforcent de construire.
 

ANTIRACISME : des livres gratuits


« Les bibliothèques sont des institutions dont la mission est d’améliorer la vie des individus et des communautés qu’elles desservent. Ils le font non seulement en rejetant la discrimination, mais en promouvant activement l’inclusion, en donnant à chacun une opportunité significative de réaliser ses droits à l’information, la culture, l’information et la science » peut-on lire dans le document signé par la présidente de l’IFLA, Christine Mackenzie, et son secrétaire général, Gerald Leitner.

« La discrimination raciale et la violence raciale n’ont pas leur place dans la société que nous souhaitons construire », ont-ils déclaré. 

Photographie : Portrait mural de George Floyd à Minneapolis, Minnesota, Lorie Shaull, CC BY-SA 2.0




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.