Après les guides de jardinage pour marijuana, la vente de cannabis en librairie ?

Nicolas Gary - 11.04.2016

Edition - Librairies - acheter du cannabis - librairies guides - cultiver plants


La chaîne de librairie Waterstones ne saurait tromper quant à son sérieux et la qualité des ouvrages qu’elle propose aux lecteurs. Aussi, retrouver des livres qui sont autant de tutoriels pour favoriser et aider à la croissance de ses propres plants de cannabis, ça fait comme qui dirait désordre. La plus grande chaîne britannique voudrait-elle mettre tout le monde au vert ?

 

Sans titre

tanjila ahmed, CC BY 2.0

 

 

Plusieurs titres comme Cannabis Cookbook, The Cannabis Grow Bible et Grow Marijuana Now sont disponibles dans les librairies de la chaîne, et voilà qui fait rougir les yeux. Les clients peuvent à l’envi découvrir les méthodes les plus efficaces pour cultiver, en toute illégalité, leurs plants de marijuana, et plus encore ! Dans ces livres, on trouve en effet des conseils pour fabriquer et concevoir sa propre pipe à haschich, ou encore des recommandations qui tombent sous le sens : se rendre chez des vendeurs d’herbes pour se fournir. 

 

L’hallu, si, nan ?

 

Ces titres sont en effet proposés sur le site internet, mais certains peuvent également être achetés en magasin. Et voilà comment on accule un libraire à défendre sa propre politique éditoriale. Comment expliquer l’inexplicable ? Facile : en assumant totalement, et en refusant clairement de retirer le moindre de ces titres. 

 

Un porte-parole de l’enseigne assure en effet : « Notre site répertorie tous les livres indiqués dans la base Nielsen, la base de données standard de l’industrie, des éditeurs et des distributeurs au Royaume-Uni. Nous ne censurerons pas cette liste. » 

 

Le livre Tim Pilcher, Cannabis Cookbook, est assez éloquent : il réunit des recettes pour cuisiner sa propre herbe. Alicia Williamson, elle, propose pour 9,99 £ de réaliser des plans magnifiques, « en moins de temps qu’il n’en faut pour développer ses plants de tomates ».

 

La polémique sera éternelle, autour du cannabis : les détracteurs lui prêtent tous les torts du monde, les partisans le défendent comme un produit en mesure de soigner, dans certaines conditions. D’ailleurs, il se murmure que Shakespeare lui-même aurait eu recours à ce produit, si l’on se fie à certains passages de ses écrits.

 

Lutter contre la mafia et le terrorisme, en légalisant ?

 

Il est toujours classé comme un stupéfiant de catégorie B en Grande-Bretagne. Une récente étude universitaire, menée avec les forces de police, indique que la légalisation pourrait permettre de récupérer 1 milliard £ annuellement pour le Trésor public.

 

Une position que le romancier italien Roberto Saviano défend avec ferveur, estimant que la lutte contre la mafia et le terrorisme passe par la fin de ces réseaux de distribution de l’herbe. « C’est un fait établi que la légalisation diminue la consommation, génère des profits légaux et, surtout, affaiblit les organisations criminelles. La prohibition a échoué [...] Je chercher à le raconter ici, parce que l’on a besoin de légaliser les drogues et tout de suite. Je tente de dire cela, parce que nous n’avons plus le temps. »

 

 

Avec plus de 180 millions de consommateurs de marijuana dans le monde, et 4 millions au moins en Italie, l’interdiction qui pèse sur la vente de haschich génère un marché noir. Ce dernier, selon les estimations de l’écrivain italien, serait de plusieurs centaines de milliards de dollars. Le tout assurant le financement de la mafia et du terrorisme. « Voilà pourquoi la prohibition des drogues est une stratégie qui ne fonctionne pas », explique-t-il.

 

(via Express)