Après Me Too, le monde du livre britannique se dote d'un code de conduite

Antoine Oury - 12.12.2018

Edition - International - Me Too edition - royaume uni edition - code conduite edition harcelement


Le monde du livre britannique annonce l'adoption d'un code de conduite, quelques mois après les révélations du mouvement #MeToo quant aux traitements réservés aux femmes dans leur environnement professionnel et aux silences fréquents de leur hiérarchie. Plusieurs organisations professionnelles ont cosigné le document.

Foire du Livre de Francfort 2018 - #FBM18
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Publié ce 7 décembre, le premier « Industry Commitment to Professional Behaviour in Bookselling and Publishing » (« Engagement de l'industrie en faveur d'un comportement professionnel dans l'édition et la librairie ») a été cosigné par les organisations représentatives des agents, des éditeurs, des libraires et des auteurs. L'objectif affiché est de responsabiliser les membres de l'industrie du livre, mais aussi de mettre en confiance les potentielles victimes, pour qu'elles osent alerter et soient entendues.

« Notre objectif est que l'engagement soit significatif, utile et permette aux gens de se sentir considérés et soutenus. Nous espérons également que les entreprises l’utiliseront, parallèlement à leurs politiques existantes en la matière ou pour les aider à les élaborer s’ils n'en ont pas », explique Emma House, directrice générale adjointe de la Publishers Association.

Le document, qu'il est possible de télécharger à cette adresse et de lire en fin d'article, énonce plusieurs principes et engagements pris par le monde du livre britannique. Les principes soulignent la reconnaissance de la liberté d'expression, mais aussi la nécessité de « règles exigeantes quant au comportement adopté par chacun dans le cadre d'une relation de travail, y compris de la part des collègues et du public ».

Citant les notions de respect, de dignité, mais aussi d'écoute et de liberté de parole, les principes reconnaissent l'influence de la hiérarchie sur les problématiques révélées par #MeToo. Le troisième principe assure l'engagement de l'industrie « pour prévenir les abus de pouvoir en créant un environnement de travail exempt de discrimination, de harcèlement, y compris de harcèlement sexuel, de bizutage et d'intimidation ». De nombreux cas de harcèlement ou d'agression avaient révélé le silence de la hiérarchie, ou l'absence d'enquêtes et de sanctions adéquates.
Les engagements rappellent que les comportements doivent être professionnels dès lors qu'ils ont trait à une collaboration de travail, y compris dans des lieux comme, « mais non limités à » : « bureaux, librairies, fêtes, comités, déjeuners, cérémonies de remise des prix, foires, festivals et tout autre lieu, officiel ou officieux, ainsi qu'en ligne et dans toutes les communications », égrène le document.

Enfin, le code de conduite rappelle aussi l'engagement du monde du livre en faveur d'une diversité des voix et des représentations, déjà formalisé par les mesures prises dans l'Equality Act 2010, adopté par le Parlement britannique.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.