Aquitaine : un contrat pour professionnaliser les acteurs de la filière du livre

Nicolas Gary - 26.11.2014

Edition - Société - Fleur Pellerin - Vincent Monadé - Région Aquitaine


La Maison de l'Aquitaine accueillait hier soir plusieurs acteurs de l'édition, pour la signature du contrat de filière du livre en Aquitaine. Une première, visant au développement économique de toute la chaîne du livre, sous le regard de la ministre de la Culture Fleur Pellerin, du président du Centre national du livre, Vincent Monadé et d'Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine. 

 

 

Contrat Filière livre

(de gauche à droite) Vincent Monadé, Fleur Pellerin, Alain Rousset

 

 

Hugues Le Paige, président de l'agence Ecla, (écrit Cinéma Livre Audiovisuel), portail aquitain des professionnels de l'écrit de l'image et de la musique, profitera de l'occasion pour saluer « un moment fort, parce qu'il s'agit d'une première ». Mais c'est avant tout « une manifestation politique forte » issue d'une collaboration entre plusieurs partenaires.

 

La Région et la DRAC avaient en effet convenu d'un accord en 2003, destiné à soutenir les librairies indépendantes – un protocole mis en place pour trois ans. Par la suite, dès 2007, ce dernier fut élargi de la librairie à l'édition, « pour maintenir et développer une création pluraliste et diversifiée ». Entre 2012 et 2014, le dispositif fut renouvelé, mais dès 2013, des réflexions menées par l'agence Ecla ont permis de mettre en évidence des spécificités de la Région Aquitaine. Et d'ouvrir alors les dispositifs instaurés également aux auteurs, toujours dans l'optique de défendre une création riche.

 

De ces différentes approches découle donc la signature, ce 25 novembre, d'un accord entre le CNL, la Région et la DRAC d'Aquitaine destiné à « consolider l'activité et professionnaliser les acteurs régionaux de la filière du livre ». 

 

Cette convention, la première en France, devrait répondre « de manière transversale, aux évolutions de la chaîne du livre : de l'auteur au libraire, en passant par l'éditeur », indique-t-on. C'est qu'en Aquitaine, rappelait le président d'Ecla, le livre représente plus de 450 emplois directs, un chiffre d'affaires de 450 millions d'euros annuels, réalisé au travers de 550 auteurs, 120 éditeurs et 900 points de vente pour les livres, dont 79 librairies indépendantes. 

 

L'accord, soulignera Hugues Le Paige, adapte les accords passés « aux réalités économiques » d'un secteur de l'édition aquitaine « fragile, mais au potentiel réel ». Il montre également « la voie d'une décentralisation réussie », attendue que « la chaîne du livre constitue bien une filière d'avenir, à soutenir et accompagner, toujours mieux ». 

 

Éric Audibet, fondateur de la maison Confluences, rappellera pour sa part que sa structure a été la première à signer le protocole, quand il fut étendu aux éditeurs. « Très probablement, comme cela a été le cas pour d'autres éditeurs, je ne veux pas dire que cela a sauvé la maison d'édition, mais cela a permis de régler des problèmes de développement. Et notamment sur la question de la diffusion, qui reste essentielle. »

 

 

 

 

Tout l'enjeu, notera le président du Centre national du livre, Vincent Monadé, « est de ne pas refaire, ni de repartir, mais d'accompagner ». Les problématiques abordées dans le cadre du protocole touchent ainsi au numérique, à la formation, et de sécurisation de l'emploi. « Nous sommes dans un tissu mûr, économiquement mature, avec des professionnels de haut niveau ». Reconnaissant les qualités des acteurs de l'édition dans la région, le président souligne ainsi l'importance d'accompagner une chaîne du livre qui a su faire ses preuves.

 

Fleur Pellerin, pour sa part, soulignera l'importance de l'inventivité dont il nous faire faire preuve « de confiance mutuelle, pour que la culture garde toute sa place, et elle est très grande au cœur du développement de notre pays ».