Arabie saoudite : 8 écrivains et blogueurs arrêtés, dont deux Américains

Camille Cado - 06.04.2019

Edition - International - Arabie saoudite arrestation - Yemen Trump Arabie Saoudite - Arabie saoudite liberté d'expression


Vendredi 5 avril, des organisations de défense des droits humains ont annoncé l’arrestation de huit écrivains et blogueurs, dont deux ressortissants américains, par les autorités saoudiennes. Cette nouvelle campagne de répression prend place au lendemain de la décision du Congrès américain d’approuver une résolution exhortant Donald Trump à arrêter tout soutien à la coalition saoudienne dans la guerre au Yémen.

Briser les chaînes
(photo d'illustration, Jeanne Menjoulet CC BY 2.0)


Par le vote d’une résolution ce jeudi 4 avril, les sénateurs américains (républicains et démocrates) ont exprimé leur souhait quasi général de voir le Président des États-Unis mettre un terme au soutien à cette coalition au Yémen. 

Depuis, une grande campagne de répression contre les personnalités de la société civile sévit dans le royaume, une première depuis l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul en octobre dernier. 
 

C’est un schéma très dangereux


Le groupe de défense des droits humains « Prisonniers de conscience » a annoncé l’arrestation de dix personnes, dont huit « écrivains et blogueurs engagés dans des échanges publics sur les réformes » précise l’organisation de défense des droits humains ALQST, basée à Londres. C'est notamment le cas de l’écrivain Bader al-Ibrahim et du militant Salah al-Haidar, qui ont tous deux la double nationalité américaine et saoudienne.

« Les autorités saoudiennes semblent à tout prix vouloir faire taire toute personne qui ose parler ou même exprimer ses opinions en privé ou publiquement », a affirmé Samah Hadid, directrice pour le Moyen-Orient d’Amnesty Internationa, cité par l'AFP. « Cela dépasse le fait d’attaquer seulement des militants et semble maintenant cibler différents segments de la société. C’est un schéma très dangereux. »

Une campagne de répression similaire avait déjà eu lieu l’année dernière. En effet, trois femmes d’origine saoudienne, la blogueuse Eman al-Nafjan, la militante Aziza al-Youssef et l’universitaire Rokaya al-Mohareb avaient été arrêtés.

Elles avaient notamment lutté pour le droit des femmes à conduire, et pour la levée du système de tutelle masculine.
 

Elles ont été accusées de porter atteinte aux intérêts nationaux et d’aider les « ennemis de l’État » aux côtés de 8 autres femmes. Jugées au cours d'une première audience le 13 mars, la prochaine étape du procès devrait se tenir le 17 avril. Les diplomates ainsi que les médias étrangers ne sont pas autorisés à y assister.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.