Arconsil condamné à verser 40 000 euros pour ses parodies de Tintin

Clément Solym - 10.07.2009

Edition - Justice - Arconsil - condamné - parodie


La société Moulinsart, détentrice des droits de Tintin, a encore frappé. L'éditeur Arconsil, qui publiait, via sa maison Le Léopard masqué, une série de romans parodiant Tintin, Les aventures de Saint-Tin et son ami Lou, a été condamnée par le tribunal de grande instance d'Évry à verser 40 000 euros aux ayants droit d'Hergé, Fanny et Nick Rodwell, administrateurs de Moulinsart S.A., en réparation du préjudice économique pour parasitisme.

En revanche, le tribunal a débouté la société Moulinsart des poursuites pour « contrefaçon » contre l'éditeur. La demande d'interdiction et de commercialisation a également été rejetée. Le tribunal qui a ordonné la mainlevée de la saisie du stock. L'ensemble des stocks du Léopard masqué avait en effet été saisi le 20 février, plaçant l'éditeur au bord du dépôt de bilan.

Pour l'avocate des plaignants, Me Florence Watrin, la série de romans aurait « exploité les éléments qui font la notoriété de l'oeuvre » et contrefait les titres et les personnages, considérant que les éditeurs « se sont arrogé le droit de faire l'adaptation du maître ».

Pour Gordon Zola, auteur de la série de romans, il ne s'agissait pas de « porter atteinte à l'oeuvre parodiée », mais bien au contraire rendre un « hommage à Hergé, mais aussi à ses précurseurs », citant notamment Rouletabille, dont Hergé se serait inspiré.

Arconsil devra donc débourser 40 000 euros, sans compter les 10 000 € de frais de justice et les frais de publication judiciaire (dans Livres Hebdo selon l'ordre du juge). Une somme qu'« on ne pourra jamais payer », d'après Gordon Zola. « On va déposer le bilan ».

Me Watrin, citée par Le Parisien, est « satisfaite cependant de ce jugement. La faute est reconnue. Mais on laisse possible la commercialisation. J’attends de voir la motivation du tribunal. Sinon, à chaque nouveau tirage, Moulinsart assignera à nouveau ». Assigner de nouveau, pour de nouveau encaisser des réparations.

Tintin est malheureusement devenu une machine à sous pour Moulinsart, qui fait régulièrement polémiquer les vrais fans du reporter du Petit vingtième, par ses actions fructueuses, y compris contre des amateurs.