Arnaud Nourry : "Nous croyons à l'avenir du livre, autant que nous l'aimons"

Nicolas Gary - 04.03.2015

Edition - Les maisons - Arnaud Nourry - Hachette Livre - immeuble Vanves


La soirée était animée à Vanves, alors que le groupe Hachette Livre inaugurait « la nouvelle maison de ses maisons ». Un édifice impressionnant, après la destruction du précédent bâtiment en 2012 et le début des travaux en 2013. Arnaud Nourry, PDG du groupe, a accueilli ses convives, avec en figure tutélaire, Louis Hachette le fondateur, dont le buste, en statue, trône désormais dans un patio, au milieu des roseaux.

 

Inauguration immeuble Louis Hachette

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Projet initié en 2010 au sein des équipes, le déménagement n'interviendra que d'ici un mois, au sein de l'immeuble Louis Hachette. Depuis 1826, date de la création de la librairie Hachette, l'entreprise a prospéré jusqu'à devenir « la pieuvre verte », sobriquet hérité de sa capacité à ses multiples développements et investissements.

 

Et Arnaud Nourry de souligner que rares sont les industries, et pas uniquement culturelles, « dont les racines sont aussi profondes, dont l'histoire est aussi ancienne, et dont les archives ont une valeur telle qu'elles sont classées monument historique ». Une « certitude d'avoir le temps », celui consacré aux auteurs, au travail des éditeurs, a porté le projet de ce bâtiment : il deviendra le fleuron du groupe, plus d'un siècle après la construction du bâtiment boulevard Saint Germain, par les héritiers de Louis Hachette.

 

D'ici à 50 ans, la maison sera toujours en place, assure le PDG, avec une mission inchangée : « Accompagner les auteurs dans la construction de leur œuvre et offrir aux lecteurs un accès à la culture, et bien sûr, du divertissement, du plaisir, de la réflexion. » 

  

Avec 15.000 nouveautés par an publiées, dans une dizaine de langues et une vingtaine de pays, les deux tiers de la production sont opérés hors des frontières françaises. Bien loin de ce que le fondateur avait réalisé donc. 

Louis Hachette serait-il troublé d'apprendre qu'aux États-Unis, en Angleterre, plus de la moitié des nouveautés que sa maison publie ne sont plus imprimées, mais lues sur des drôles de machines ? Serait-il troublé de voir son nom sur la 6e avenue à New York ? Quelques centaines de collaborateurs parlent une langue nouvelle, qui donne la part belle aux mots tweet, community management, CRM, dans une ambiance qui tient davantage de la start-up californienne, que des boiseries patinées. Serait-il heureux de voir que le nom Hachette est devenu un peu partout dans le monde, et particulièrement l'an dernier, symbole d'une certaine idée de l'édition au service des auteurs, de la dimension culturelle du livre et de son indispensable diversité ? Serait-il fier, lui qui aimait tant mettre les livres au plus près des lecteurs, de savoir que dans ce pays, près d'un livre sur trois sort des entrepôts d'Hachette, où près d'un million de livres sont manipulés chaque jour ?

 

Hachette Livre, groupe mondial donc, aux multiples maisons et soucieux de mettre sur les tables des libraires, les ouvrages qui le méritent. Le tout avec un métier qui n'a pas changé depuis ses débuts, tout en sachant s'accommoder de la modernité, « surfer sur les vagues de bouleversements technologiques, sans se laisser berner, par le manque de sens de certaines, ou les pièges que nous tendent parfois ces grandes entreprises venues d'un autre monde ».

 

L'immeuble incarnera donc les valeurs du groupe, écologie, puissance, solidarité et modernité, pour toutes les maisons qui habiteront prochainement les lieux. 

 

L'inauguration se fait également « au sortir d'une crise violente avec l'un de ses clients américains » et quelques semaines après les attentats de Charlie Hebdo. Tout en prenant en compte le fait que « l'Europe s'apprête à bousculer sévèrement les règles de notre métier ». Mais le PDG défend bec et ongle l'activité, et rue gentiment dans les brancards de ceux qui affirment qu'on pourrait se passer d'éditeur, « intermédiaire inutile », dont le numérique supprimerait l'importance. « Je renvoie avec un clin d'œil amical, à cette question : Êtes-vous certain d'exister dans 50 ans ? »

 

Et à tous ceux qui « s'acharnent, en Europe, et pas seulement, à affaiblir le droit d'auteur, à coups d'exceptions, de raccourcissements, de modèles économiques farfelus », Arnaud Nourry rappelle : « Le livre est une des créations les plus précieuses de l'humanité. » Et le groupe se battra pour défendre cette idée, et celle d'une juste rémunération pour les auteurs.

 

« Nous croyons à l'avenir du livre, autant que nous l'aimons, c'est dire. » Et le nouvel immeuble sera donc le symbole « d'une sérénité », face aux attaques, « qui ont rarement été aussi nombreuses et puissantes ». Rendez-vous est pris, dans 11 ans, dans ce même lieu, pour célébrer le bicentenaire de sa création : « J'espère que vous serez tous là. J'espère être là moi aussi. Si la chance qui m'accompagne fidèlement depuis des années veut bien faire un bout de chemin avec moi, je trouve que ce serait une bien jolie date pour prendre ma retraite. »

 

Et en hommage au fondateur, voici donc, comme il se doit, le premier #SelfLouis réalisé :

 

 

Inauguration du bâtiment Hachette premier #selflouis :-)

Une photo publiée par @nicolasgary le 3 Mars 2015 à 11h58 PST