medias

Artistique et humanitaire, voici la première police inclusive

Clément Solym - 21.10.2020

Edition - International - police écriture inclusive - Geneve typographie élève - prix humanitaire artistique


Une police d’écriture qui serait inclusive – autrement dit, qui pourrait tout à la fois contenir les formes masculines et féminines, tant au singulier qu’au pluriel. Élève de la Haute école d’art et de design, Tristan Bartolini s’y est consacré. Et son projet a remporté le prix Art Humanité.



Décerné depuis 2015 par la Croix-Rouge genevoise, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la HEAD, le prix salue une réalisation où se retrouvent le mouvement artistique et l’engagement humanitaire. « L’Inclusif-ve », nom de la police créée, ne surveillera pas le respect du couvre-feu : en revanche, elle offre une alternative graphique pour mieux intégrer l’ensemble des locuteurs. 
 
Doté de 5000 francs suisses, le prix implique que les participants disposent de quatre semestres validés à la HEAD. Pour le jeune lauréat de 2020, « il nous est permis de nous définir en tant que Père, Fils, Parrain, mais surtout en tant que Femme », grâce à L’inclusif-ve.

Bien entendu – d’aucuns diront hélas ! –, nul clavier au monde n’est en mesure de saisir les lettres imaginées pour donner cette représentation inclusive. Ses 40 caractères redessinent un alphabet où les voyelles s’enlacent, pour se fondre l’une dans l’autre. 

<

>


« L’idée m’est tombée du ciel. Il y avait beaucoup de débats autour de l’écriture épicène. Elle devenait de plus en plus fréquente dans les documents administratifs, les publicités. Je me suis dit que ce n’était pas qu’une affaire de linguistes, que l’on pouvait amener des solutions graphiques », explique-t-il à la Tribune de Genève.

Charge aux typographes de s’en emparer, pour adapter L’inclusif-ve à leurs propres modèles. 
 

La fin de “l'aberration” ?


L’inclusif-ve répond aux problèmatiques du langage épicène ou langage neutre – également appelé langage non sexiste. Aujourd’hui représenté par des formules inadaptées, comme l’introduction d’un point ou point médian pour marquer la pluralité (i.e. : les étudiant.e.s ou les étudiant•e•s), il avait été sévèrement condamné par l’Académie française. On imagine bien que ce bricolage typographique n'apporte pas nécessairement les bonnes réponses à une interrogation toute légitime.

Le Quai de Conti estimait que l’on avait là affaire à « une aberration » et plus encore que des « formes secondes et altérées » rendraient l’apprentissage du français plus complexe. 

« La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation », ajoutaient les Immortels. 

À moins que ce ne soit, justement, qu’un strict problème de graphie ?


Commentaires
Amusant. Seuls les hommes rejettent.
Un peu difficile à lire non ? Et puis... la langue français n'est pas réellement le problème. Il faut changer les mentalités, pas l’orthographe et la grammaire. Je ne vois pas en quoi une écriture inclusive va améliorer les choses...
et comment écrit-on : ils.elles sont devenu.e.s fous.folles ?
Soit ainsi, soit on essaye de trouver un compromis. Mais je trouve que cette police complique les choses. Et comme je le disais, je pense que modifier la grammaire ne résoudra pas les inégalités hommes/femmes dans notre société
iels ont perdu la tête
Tristan Bartolini a dû bien s'amuser. Tant mieux pour lui.

Son produit artistique ne m'amuse pas. Tant pis pour moi.



Je partage l'opinion d'Ephémère: ce joujou ne changera pas les têtes malades.

Foutons donc la paix à la grammaire et l'orthographe françaises. angry
M'enfin... il n'est pas dit que cette police va être mise ne place à la prochaine rentrée scolaire !

Pourquoi diable monter sur ses grands chevaux (ou grandes juments, si vous préférez).

Il ne s'agit là que d'un projet ARTISTIQUE qui s'inscrit dans l'actualité.

Hi hi, Picasso doit bien se bidonner... comme un air de déjà vu...
J'adore, où est-ce qu'on peut la trouver?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.