Arts et la culture sur l'économie américaine : moteurs de croissance

Julien Helmlinger - 12.12.2013

Edition - Economie - Etats-Unis - Association of American Publishers - Edition


La semaine passée, le Bureau of Economic Analysis américain a publié son Rapport préliminaire concernant l'impact des arts et de la culture sur l'économie des États-Unis. Il s'agit de la première étude nationale visant à déterminer dans quelle mesure les secteurs culturels contribuent au produit intérieur brut (PIB) ainsi qu'à l'emploi. Le verdict, dont se féllicite l'Association of american publishers : le secteur du droit d'auteur serait un véritable moteur de croissance.

 

 

 

 

Toute la filière du livre se trouvait au rang des secteurs examinés par les enquêteurs, parmi les professionnels du cinéma, de la télévision, de la radio, des journaux et périodiques, des arts de la scène, sans oublier ceux du design et de la publicité. Les conclusions qui en sont tirées feraient écho à celles formulées au cours des biennales de l'International Intellectual Property Alliance.

 

Selon cette précédente étude, les enquêteurs ont estimé que l'industrie du droit d'auteur américaine générerait à elle seule 5 % du secteur de l'emploi privé des États-Unis en 2012, pesant quelques 1,7 trillions de dollars dans l'économie américaine et employant près de 5,4 millions de travailleurs américains.

 

Tandis que les deux rapports semblent confirmer l'importance de l'industrie du droit d'auteur dans le développement des arts et de la culture, le président de l'Association of American Publishers, Tom Allen, se félicite de cette reconnaissance de la force créatrice aux États-Unis comme ailleurs. 

 

Il conclut : « Les gens ont tendance à oublier la portée et la diversité de l'écosystème nécessaire pour traduire les idées en contenu créatif destiné au public. L'un des nombreux rôles des éditeurs est de conduire et soutenir un vaste réseau de petites entreprises, de start-ups et autres individus dans la production et la distribution des œuvres créatives. Le travail de cette communauté doit être respectée et protégé. »

 

 

(via BookBusiness)