La directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a annoncé le choix d'Athènes comme capitale mondiale du livre pour l'année 2018. Chaque année, l'UNESCO nomme une ville capitale mondiale du livre pour saluer ses événements littéraires et sa politique en faveur du livre.

 

Athenes, Greece

(R3li3nt, CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Athènes, capitale et plus grande ville de la Grèce, « a été choisie pour la qualité impressionnante de son programme d'activités soutenues par toute la chaîne du livre », a souligné l'UNESCO. Ledit programme comprend des rencontres avec des auteurs, des traducteurs et des illustrateurs, mais aussi des concerts, des expositions, des lectures poétiques ou encore des ateliers à destination des professionnels du livre.

 

La municipalité d'Athènes a également mis en avant sa capacité à organiser des événements à portée internationale, et assure que les manifestations organisées dans la ville seront accessibles à toute la population, mais aussi aux publics éloignés du livre comme les migrants et les réfugiés.

 

L'année de festivités à Athènes commencera à la date de la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur, le 23 avril. Elle succèdera à Conakry, en Guinée.

 

La candidature de la ville d'Athènes a été choisie par le comité de sélection, composé par des représentants de l'Union internationale des éditeurs (IPA-UIE), de la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothécaires (IFLA) et de l'UNESCO. 

 

Richard Charkin, président de l'IPA-UIE, a adressé ses félicitations à la municipalité : « Depuis que mon prédécesseur, Pere Vicens, a suggéré l'idée d'une capitale mondiale du livre, en 1996, il a uniquement été question de promouvoir le livre et la lecture. [...] L'antique cité d'Athènes s'accorde naturellement avec les valeurs de l'initiative capitale mondiale du livre, et je suis sûr qu'elle proposera un programme à la hauteur en 2018. »

 

Un bémol, toutefois, à cette célébration : en juin dernier, la Fédération Européenne et Internationale des Libraires (EIBF) a quitté le comité de sélection suite à la redéfinition des critères d'évaluation pris en compte pour juger les candidatures des différentes villes, qui a fait disparaître le respect de la liberté d'expression de ces critères : « À partir de cette année, suite au remaniement des critères d’évaluation proposés par l’UNESCO, notre comité de sélection perd son pouvoir décisionnel et se mue en simple comité consultatif. Tout au long des échanges que nous avons eus avec l’UNESCO depuis juin 2015, l’EIBF n’a eu de cesse de rappeler le caractère non négociable du critère de liberté d’expression », expliquait alors la directrice de l'EIBF, Françoise Dubruille.

 

Athènes est la dix-huitième ville à devenir Capitale mondiale du livre après Madrid (2001), Alexandrie (2002), New Delhi (2003), Anvers (2004), Montréal (2005), Turin (2006), Bogota (2007), Amsterdam (2008), Beyrouth (2009), Ljubljana (2010), Buenos Aires (2011), Erevan (2012), Bangkok (2013), Port Harcourt (2014), Incheon (2015), Wroclaw (2016) et Conakry (2017).

 

Le prochain appel à candidatures sera lancé dès demain, le 15 septembre 2016.