Attaque des terroristes au Carillon : un libraire témoigne

Clément Solym - 19.11.2015

Edition - Société - attaque terroristes - bar Carillon - libraire témoignage


En octobre 1997, Jim Carroll a ouvert sa première librairie à Paris, située dans le VIe arrondissement, San Francisco Books Co., non loin de la Sorbonne et d’un confrère anglophone, Shakespeare and Co. Lui réside dans le Xe arrondissement, non loin du Carillon, le bar à l’angle de la rue Bichat, où les terroristes ont frappé ce 13 novembre. Il a raconté l’horreur du massacre, au SF Gate.

 

15/11/2015 Carrefour rues Bichat rue Alibert : Le Carillon (5)

Devant le Carillon, le 15 novembre 2015 (Jean-François Gornet, CC BY SA 2.0)

 

 

Sur les terrasses du Carillon et du Petit Cambodge, une quinzaine de personnes a trouvé la mort, sous les balles de fusils mitrailleurs. Dix autres furent gravement blessées. À 21 h, Jim Carroll ferme sa librairie et retourne chez lui avec le métro, une vingtaine de minutes plus tard. « Dans ma jeunesse, j’avais passé un an au Vietnam, et le son quand je l’ai entendu, m’a semblé très familier, même après toutes ces années. » 

 

Les coups de feu étaient répartis, les deux établissements furent visés. « Cela pouvait ressembler à tout un tas de pétards qui explosaient, mais cela pouvait tout aussi bien être une arme automatique », témoigne le libraire. Ce n’est que quelques minutes plus tard qu’il découvre, dans la rue, des corps allongés et des personnes en fuite. Et l’arrivée des camions de pompiers et des ambulances. Et la découverte de l’ensemble de l’opération terroriste menée durant cette nuit du 13 novembre.

 

Jim est abasourdi, choisit de ne pas ouvrir. Le dimanche matin « ma rue était devenue une destination de pèlerinage. Des foules immenses allaient et venaient ». Et maintenant, se demande-t-il ? « La France se replie sur elle-même. Mes amis musulmans sont préoccupés par la manière dont ils seront traités. [...] Les Français aiment parler, alors il va y avoir un long débat national à propos de tout cela. »  

 

Depuis, des bougies, des fleurs ont été déposées devant la vitrine des deux établissements, le lendemain même des attaques. « Quant à la façon dont moi, libraire américain, je vais prendre, cela, je ne sais pas », ajoute Carroll.

 

La terrasse du Carillon a fait l’objet de multiples hommages, et notamment celui des deux humoristes Éric et Ramzy, qui avaient tourné à Paris en 2007 leur film Seuls Two. L’une des séquences se déroulait justement dans ce café. 

 

La scène de Seuls Two sur la terrasse du café Le Carillon #jesuisenterrasse #tousaubistrot

Posté par Éric et Ramzy sur mardi 17 novembre 2015