Attentats à Paris : Hemingway brandi en hommage à la capitale

Julie Torterolo - 19.11.2015

Edition - Société - Attentats Paris - Paris est une fête - regain de popularité


Depuis les attentats terroristes de ce vendredi 13 novembre, les Parisiens essayent de rendre hommage à la Ville lumière et au style de vie à la française, à leur manière. Et cela passe inévitablement par les mots et la littérature : le roman de l’écrivain américain Ernest Hemingway, Paris est une fête, connaît ainsi un regain de popularité dans les librairies parisiennes. 

 

 

 

« Tel était le Paris de notre jeunesse, au temps où nous étions très pauvres et très heureux », écrit Ernest Hemingway. Né en 1899 à Oak Park dans l’Illinois, il faisait partie de ses auteurs qui ont séjourné, dans les années 1920, dans la Ville Lumière, où il fut notamment ambulancier pour la Croix-Rouge. Dans Paris est une fête, traduit par Maurice Edgar Coindreau, I’écrivain relate ainsi son séjour dans la capitale, rendant un hommage à une ville, vibrante de culture. Au fil des pages se croisent de nombreux artistes tels que la collectionneuse Gertrude Stein, le poète Ezra Pound ou le romancier James Joyce.

 

Depuis ce vendredi 13 novembre, l’ouvrage paru en 1964, trois ans après le suicide d’Ernest Hemingway, s’arrache alors dans les librairies parisiennes. Du Bataclan à la place de la République, le livre est notamment déposé entre fleurs et bougies à ces endroits visés par les jihadistes. Certains le tenaient également à la main pendant la minute de silence de ce lundi 16 novembre. 

 

On les retrouve d'ailleurs largement utilisés sur les réseaux sociaux : 

 

 

 


 

Selon l’AFP, une des raisons de ce regain de popularité serait le témoignage de Danielle Mérian, une septuagénaire interrogée par BFM TV, largement relayé sur les réseaux sociaux : « C’est très important de voir, plusieurs fois, le livre d’Hemingway, Paris est une fête, parce que nous sommes une civilisation très ancienne et nous porterons au plus haut nos valeurs, et nous fraterniserons avec les 5 millions de musulmans qui exercent leur religion librement et gentiment et nous nous battrons contre les 10.000 barbares qui tuent, soi-disant, au nom d’Allah. »

 

 

 

Après Charlie Hebdo, les Français se tournaient déjà vers la littérature

 

Depuis, les libraires demanderaient à tour de rôle qu’on les approvisionne, explique David Ducrieux, attaché de presse de Folio, éditeur du livre d'Hemingway. Ce dernier prévoit une réimpression de 15 000 exemplaires. Une exception pour un classique qui se vend habituellement à 8000 exemplaires par an. 

 

Un engouement qui rappelle celui du Traité de la tolérance de Voltaire après les attentats de janvier dernier qui a touché la rédaction de Charlie Hebdo. « Nous avons constaté une hausse très sensible des ventes de cet ouvrage depuis les attaques, et encore plus depuis la marche de dimanche, au point que nous prévoyons une réimpression de quelque 10.000 exemplaires », expliquait alors les éditions Folio. 

 

De même, près de 6000 ebooks avaient été téléchargés de la version proposée gratuitement par les éditions UPblisher — réunissant en un seul livre le Traité sur la tolérance (1763) de Voltaire et la Lettre sur la tolérance (1689) du philosophe anglais John Locke.


Pour approfondir

Editeur : Folio
Genre : litterature...
Total pages : 352
Traducteur : maurice edgar coindreau
ISBN : 9782070437443

Paris est une fête

de Ernest Hemingway

Au cours de l'été 1957, Hemingway commença à travailler sur les "Vignettes parisiennes", comme il appelait alors Paris est une fête. Il y travailla à Cuba et à Ketchum, et emporta même le manuscrit avec lui en Espagne pendant l'été 59, puis à Paris, à l'automne de cette même année. Le livre, qui resta inachevé, fut publié de manière posthume en 1964. Pendant les trois années, ou presque, qui s'écoulent entre la mort de l'auteur et la première publication, le manuscrit subit d'importants amendements de la main des éditeurs. Se trouve aujourd'hui restitué et présenté pour la première fois le texte manuscrit original tel qu'il était au moment de la mort de l'écrivain en 1961. Ainsi, "Le poisson-pilote et les riches", l'un des textes les plus personnels et intéressants, retrouve ici ces passages, supprimés par les premiers éditeurs, dans lesquels Hemingway assume la responsabilité d'une rupture amoureuse, exprime ses remords ou encore parle de "l'incroyable bonheur" qu'il connut avec Pauline, sa deuxième épouse. Quant à "Nada y pues nada", autre texte inédit et capital, écrit en trois jours en 1961, il est le reflet de l'état d'esprit de l'écrivain au moment de la rédaction, trois semaines seulement avant une tentative de suicide. Hemingway y déclare qu'il était né pour écrire, qu'il "avait écrit et qu'il écrirait encore"...

J'achète ce livre grand format à 8 €