Attentats à Paris : les ministres européens de la Culture contre la barbarie

Clément Solym - 20.11.2015

Edition - International - Fleur Pellerin - ministres Europe - Culture barbarie


La culture sera la contre-attaque, affirmait la belliqueuse Fleur Pellerin, toute revêtue des atours d’Athèna la sage. Sur France Culture, la ministre affirmait avec conviction : « Je crois que la culture est plus forte que tout, et ne se laissera jamais intimider par le terrorisme. » Et pour soutenir ses propos, elle a également fait signer à ses homologues européens une Déclaration. 

 

 

 

Publiée ce 20 novembre, la Déclaration commune fait évidemment suite aux attentats du 13 novembre, survenus à Paris et Saint-Denis. Les ministres de la Culture, ainsi que le Commissaire européen et la Présidente de la Commission au Parlement « affirment leur ambition pour la culture en Europe et leur détermination à combattre, à travers elle, la barbarie et l’obscurantisme ».

 

C’est à l’initiative de Fleur Pellerin et de la ministre luxembourgeoise, Maggy Nagel, que cette déclaration a été montée. Le 24 novembre prochain, le conseil des ministres de la Culture qu’elle présidera ne manquera pas d’évoquer ce point. 

 

Notons que la semaine passée, alors que l’ensemble du gouvernement de Xavier Bettel, premier ministre luxembourgeois, remontait dans les sondages d’opinion, seule la ministre de la Culture luxembourgeoise continuait de chuter « à des niveaux extrêmement faibles ». (via Le Quotidien)

 

« Par cette déclaration, les signataires expriment leur solidarité avec les victimes et leurs proches ainsi qu’avec le peuple français. » Ils soulignent alors à l’unisson combien la culture « joue un rôle crucial en faveur de la tolérance, de l’intégration et du respect de l’autre ».

 

D’ailleurs, si l’on veut bien s’en souvenir, les ministres européens de la Culture avaient déjà publié une autre Déclaration conjointe, le 11 janvier 2015, quelque quatre jours après les attentats de Charlie Hebdo. « En dépit de menaces de mort récurrentes, ces hommes et ces femmes s’étaient engagés à continuer d’exercer leur liberté d’opinion, et de créer avec talent et humour. Ils ont été assassinés par ce qu’ils dessinaient et publiaient des caricatures. 

 

Cet acte innommable était destiné à les faire taire pour toujours, à mettre fin à la publication de leur journal et, plus largement, à restreindre la liberté d’opinion, d’expression et de création. Ces libertés sont des valeurs fondamentales de la démocratie en Europe. Ce sont des valeurs démocratiques universelles », pouvait-on lire. (voir MCC)

 

Voici la nouvelle Déclaration commune :

 

En tant que ministres de la Culture et Représentants de haut niveau des institutions de l’Union, nous tenons à exprimer notre solidarité avec les victimes et leurs proches ainsi qu’avec le peuple français, et à réitérer que nous condamnons cette barbarie insensée qui cherche à ébranler nos valeurs essentielles de la façon la plus violente. 

Face à cette violence et aux tentatives de bouleverser nos modes de vie, nos convictions et nos libertés, la culture, encore davantage que par le passé, a une contribution cruciale à fournir en faveur de l’ouverture des esprits, de la tolérance, du dialogue interculturel, de l’intégration et du respect de l’autre. 

Face à l’intolérance, à la xénophobie, à l’obscurantisme, aux fanatismes de tous genres et à la radicalisation, la culture est l’une des réponses essentielles que l’Europe doit opposer. 

Car la culture, c’est aussi aller prendre un verre ensemble, partager un repas, suivre un match de foot ou s’enthousiasmer sur les mêmes musiques. C’est utiliser des mots, des notes, des caricatures pour défendre ses valeurs et ses causes, quelles qu’elles soient. C’est une certaine idée de la liberté, de la diversité, du vivre ensemble, de l’ouverture à l’autre. C’est aussi une façon dont nous donnons collectivement du sens à notre existence et de la profondeur à nos vies. – La culture libère autant qu’elle rassemble. C’est ainsi qu’elle fait de nous des citoyens. 

Nous, ministres de la Culture, et Représentants de haut niveau des institutions de l’Union européenne faisons le serment de porter haut ces idéaux et de combattre la barbarie et le crime par une ambition renouvelée pour la culture en Europe, au service d’un horizon partagé, dont nous avons plus que jamais besoin.