Au bord des continents, maison d'édition avec vue sur la féérie bretonne

Laure Besnier - 22.03.2018

Edition - Les maisons - Maison Edition Bretonne Bretagne - Féérie Mythes Légendes - Folklore Breizh BZH


Au bord des continents, maison d’édition bretonne, revisite les mythes, les légendes et le merveilleux local, notamment à travers de belles illustrations. Son fondateur, Patrick Jézéquel, revient sur cet univers onirique et poétique qu’il a développé tant dans ses ouvrages que dans des produits dérivés. 

 

ActuaLitté, CC BY-SA 2.0


 

Il y a plus de 25 ans, Patrick Jézéquel est revenu vivre en Bretagne, d’où sont originaires ses parents, pour exercer le métier d’éducateur spécialisé. Mais, formé dans une école de commerce et passionné de marketing, il a envie de « vivre cette aventure de l’entreprise. »

 

« La maison est née avec zéro financement à la base », raconte Patrick Jézéquel, se souvenant avec amusement de son capital de départ : environ 500 francs, qu’il avait reçu à Noël. L’idée originale d’Au bord des continents était de renvoyer une image « plus décalée, rock’n’roll de la Bretagne. » Patrick Jézéquel a, au départ, des influences plutôt bande dessinée, et se sent proche de l’univers de Gotlib. 

 

Au début, la maison proposait de beaux livres, à plus de 30 €, placés en librairie dans les étagères prévues à cet effet. Mais, nous raconte l'éditeur, les librairies, connaissant une certaine « crise », ont dû renvoyer une partie des livres. Penser à une nouvelle stratégie était donc nécessaire. 

 

L’édition se centre sur l’univers merveilleux, féérique (plus que de l’heroic fantasy), qui a, comme chacun sait, un « terreau fertile » dans la région. « C’était un des univers où on pouvait rentrer de la poésie, sans être niais » explique l'éditeur. Et cela « nous permet d’exprimer des choses intéressantes » ajoute-t-il. 

 

La particularité d’Au bord des continents est de proposer des livres écrits et illustrés soit par un illustrateur, soit par un duo d’auteur et illustrateur. La maison en sort une dizaine, chaque année. S’adressant à un public familial, ou à des lecteurs friands de l’histoire légendaire de la Bretagne, d’onirisme et de poésie, les ouvrages s’inscrivent dans le temps et ne subissent pas le flux des nouveautés en librairie. Au Salon du livre de Paris, l’éditeur précise que 80 à 90 % des acheteurs sont des femmes. 
 

ActuaLitté, CC BY-SA 2.0


 

Au bord des continents est distribué par Hachette et diffusé par La Diff, une société spécialisée dans la diffusion de bande dessinée. Pourtant, Patrick Jézéquel tient à le préciser, ces ouvrages n’ont rien à voir avec le genre. Ce qui est problématique : « On est un peu en porte-à-faux » explique le fondateur, puisqu'aujourd’hui, les livres sont catalogués au rayon BD. Et pourtant ce n’est « pas là où vient nous chercher le public qui s’intéresse à nos sujets » précise-t-il. 

 

Les ouvrages, qui contiennent texte et images, proposent une réécriture contemporaine des contes et légendes traditionnels bretons. Plusieurs collections sont déclinées : « Merveilles et Légendes », « Fééries et Légendes », « Petits Grimoires », « Petits contes », « Albums jeunesse », « Les Chats enchantés », « Beaux livres » ainsi qu’« Avis de Tempête. »

À paraître prochainement : Merveilles et légendes des fantômes d'une nouvelle autrice, Caroline Vannier, et d'un des illustrateurs phares de la maison, Xavier Hüsson. Paraîtra aussi Secrets des plantes sorcières de Richard Eli et de l’illustratrice Charline. Selon l’éditeur, le livre qui se vend le mieux, en ce moment, est Merveilles et Légendes des dragons, qu’il a écrit, illustré par Séverine Pineaux. Autre animal qui marche bien, plaisante l'éditeur : les chats. 

 

À côté des ouvrages, Patrick Jézéquel a flairé le bon plan : développer les activités de produits dérivés : cartes postales, posters, agenda, calendrier. « Les belles images s’y prêtent parfaitement », indique-t-il. 

 

Interrogé sur le contexte actuel, notamment sur la polémique autour d'On a chopé la puberté et de son illustratrice, Patrick Jézéquel rebondit en confirmant que les choses ont bien changés. « Le principe de la féérie pour ados/adultes, souvent les fées étaient présentées comme elles sont décrites au 19e ou dans les travaux collectages, nues, et ça donnait l'occasion de faire une belle image sans vulgarité, et c'était complètement toléré, ça l'est beaucoup moins aujourd'hui. »

Aussi avant d’éditer, il faut se poser des questions sur certains livres, échanger avec les illustrateurs. « Auparavant une poitrine pouvait apparaître pour une sirène (on ne va pas la faire en maillot de bain). Il y a une grosse dizaine d’années, l'illustrateur ne se serait pas pris la tête et la dessinait torse dénudé. Aujourd’hui, les cheveux vont peut-être tomber un peu plus, c’est un subterfuge, pas de la censure. » En somme, un arrangement, sous le poids d’une certaine pression. 
 

<

>


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.