Au Canada, les bibliothécaires aussi font de la résistance

Clément Solym - 31.05.2012

Edition - Bibliothèques - Canada - bibliothèques - employés


La Regina Public Library (RPL) est le théâtre d'une lutte acharnée entre, d'un côté, les employés de l'établissement, qui réclament une hausse des moyens et la régularisation de leur situation professionnelle, et, de l'autre, les services municipaux et le conseil d'administration de la bibliothèque, qui souhaitent exiger un peu plus des bibliothécaires sans pour autant augmenter les salaires.

 

La lutte a commencé il y a déjà longtemps, mais les bibliothécaires de la Regina Public Library n'entendent pas baisser les bras. Bien au contraire : pour militer auprès des usagers de l'établissement, ils ont non seulement décidé d'assurer un service normal, mais également de ne plus collecter les pénalités de retard, histoire de contrarier le conseil d'administration et les responsables politiques.


Regina Public Libary

 

Debbie Mihial, la présidente du Cupe 1594, organisme qui représente les employés de la RPL, a déclaré : « Nous encourageons les usagers à venir rendre leurs livres, DVD, CD en retard et à profiter de tous les services de la bibliothèque publique, tandis que nous continuons à faire pression sur l'employeur pour retourner autour de la table des négociations. »

 

Les bibliothécaires dénoncent notamment l'absence de véritables contrats pour la majorité des employés, une situation qui dure et s'étire depuis deux ans et demi, sans qu'aucun geste ne soit fait du côté de l'administration. De plus, le nouveau rôle des bibliothécaires, dont l'établissement est devenu depuis longtemps un lieu social, leur a imposé un nouveau rythme de travail qui n'a pas été compensé par une hausse des salaires.

 

« Inutile de souligner que la position [de la ville] dans les négociations est inexplicable, puisque des ressources ont été trouvées pour augmenter, même de manière modeste, les salaires des employés de la ville » explique Greg Fingas, avocat de Regina, dans un post intitulé « Un chapitre noir pour nos bibliothèques publiques gratuites ».

 

Les dernières propositions des employeurs sont loin, très loin des exigences des employés : ils proposent d'engager des bibliothécaires à temps partiel, payés grâce... à une réduction des salaires des employés à plein temps. Ces derniers devraient aussi, selon les voeux du conseil d'administration et de la municipalité, travailler plus longtemps le dimanche sans que leur salaire en bénéficie.

 

Les bibliothécaires s'attellent désormais à engager les usagers à leurs côtés, en refusant de collecter les pénalités ou en réalisant la vidéo suivante.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.