Au Japon, les bibliothèques prêtent le livre d'un meurtrier eugéniste

Antoine Oury - 29.07.2019

Edition - Bibliothèques - Japon Satoshi Uematsu - japon massacre Sagamihara - livre Sagamihara


Une vive polémique agite le Japon, alors qu'approche le procès de Satoshi Uematsu, l'auteur du massacre de Sagamihara : l'homme s'était introduit dans un centre de suivi de personnes handicapées pour tuer 19 personnes et en blesser 27 autres. Un éditeur japonais, Hiroyuki Shinoda, a échangé avec le meurtrier pour en tirer un livre, publié par sa propre maison d'édition, Tsukuru Publishing Co., que de nombreuses bibliothèques proposent dans leurs collections.

Coelacanth K&H Architects - Kanazawa Umimirai Library - Photo 14 - Photography by Satoshi Asakawa
(photo d'illustration, 準建築人手札網站 Forgemind ArchiMedia, CC BY-ND 2.0)


Au Japon, un débat s'est ouvert entre les partisans du droit à l'information et ceux qui dénoncent des propos jugés discriminants. Selon un sondage mené par Jiji Press auprès des réseaux de bibliothèques des 47 préfectures du pays, près de la moitié de ces réseaux (25 au total) ont dans leurs collections Akerareta Pandora no Hako (La boîte de Pandore, grande ouverte), livre publié par la maison d'édition Tsukuru Publishing Co.

Ce titre, publié en juillet 2018, reproduit des échanges entre Hiroyuki Shinoda, directeur de Tsukuru Publishing, et Satoshi Uematsu, accusé des meurtres de 19 personnes et de l'agression de dizaines d'autres. En juillet 2016, Uematsu, alors âgé de 26 ans, s'était introduit dans un centre accueillant des personnes handicapées pour donner la mort à des résidents, mettant ainsi en pratique une idéologie empreinte d'eugénisme et de capacitisme, qui voit les personnes handicapées comme des individus à faire disparaitre.

Le procès de Satoshi Uematsu doit s'ouvrir en janvier prochain, et l'homme devrait à nouveau défendre son geste, conformément à ses convictions. Ce sont ces mêmes idées que l'on retrouve développées et exprimées dans le livre publié l'année dernière par Tsukuru Publishing : « Ceux qui ne peuvent pas communiquer doivent être euthanasiés », peut-on ainsi lire dans le livre, qui reproduit des messages et des notes de Satoshi Uematsu.
 

Comprendre les motivations du meurtrier


Takashi Sasaki, professeur à l'université de Shizuoka, fait partie de ceux qui s'opposent à la publication et à la diffusion de l'ouvrage : « Il se fait le relais de propos discriminants et, d'un point de vue pédagogique, s'avère néfaste. Le proposer dans les bibliothèques permet à des idées fausses de se répandre », affirme-t-il. À l'aide d'une pétition, il avait mobilisé 2000 personnes qui s'opposaient à la publication du livre, sans succès.

Pour Hiroyuki Shinoda, qui a échangé avec le meurtrier et signe le livre Akerareta Pandora no Hako, les propos du meurtrier, mais aussi la reproduction de ses notes ou encore le récit de son enfance ont un intérêt crucial pour la société. « Je ressens une crise importante de la société quand je vois qu'elle oublie rapidement l'incident parce que les médias ne l'ont pas assez évoquée », expliquait-il au moment de la parution de l'ouvrage.

De son point de vue, donc, la publication du livre serait au contraire nécessaire, pour comprendre les origines de ce massacre. En 2008, déjà, Hiroyuki Shinoda avait fait parler de lui avec un ouvrage dans lequel il reproduisait sa correspondance avec des détenus condamnés à la peine de mort, toujours appliquée au Japon. Ses motivations étaient déjà les mêmes : « Je pense qu'il est nécessaire de retranscrire leurs voix pour découvrir leurs motivations et les origines de leurs crimes », soulignait-il.
 
A priori, les bibliothèques japonaises qui proposent l'ouvrage n'envisagent pas de le retirer de leurs collections : Yasuhiro Nishigochi, à la tête d'un comité au sein de l'association des bibliothèques japonaises, a ainsi rappelé que les bibliothèques n'avaient pas pour mission de juger si un livre était bon ou mauvais, dans le cadre défini par la loi.

via Japan Times, Asahi Shimbun


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.