Au Michigan, un projet de loi pour que les bibliothèques luttent contre les overdoses

Camille Cado - 28.03.2019

Edition - International - médicaments bibliothèques drogues - overdose US - bibliothèque overdoses


En 2017 aux États unis, on déplorait 71 568 décès liés à la drogue, un chiffre qui ne cesse de progresser à mesure des années. Alors que cette épidémie envahit même les bibliothèques du pays, ces dernières se font de plus en plus le relais de pharmacies en administrant des antidotes aux overdoses d’opiacés. Un projet de loi, récemment adopté par la Chambre des représentants des États-Unis déchargerait ces établissements publics de toutes responsabilités si quelque chose venait à mal tourner. 

Drugs
(photo d'illustration, Brandon Giesbrecht CC BY 2.0)

Administrer des médicaments contre l’overdose à une personne sous l’emprise d’opioïdes ne fait pas partie des tâches d’un bibliothécaire typique. Mais face à l’émergence des overdoses dans les lieux publics aux États-Unis dont les bibliothèques, certaines d’entre elles ont déjà en stock des médicaments anti-surdose et ont formé leurs employés à leurs utilisations. Celles du Michigan notamment. 

Cependant, jusqu’à présent, les bibliothèques ne sont pas à l'abri de poursuites qui pourraient peser sur elles et sur leurs employés si quelque chose venait à mal tourner. Un projet de loi, proposé par Jason Sheppart, représentant de l’État de Michigan, pourrait bien faire changer les choses. 

En effet, la proposition de loi permettrait aux employés des bibliothèques de Michigan de conserver les médicaments contre l’overdose, de les administrer et ce, sans aucune menace de poursuites judiciaires. 

« Nous constatons de plus en plus d’overdoses dans les lieux publics, et les bibliothèques en font partie », a déclaré Jason Sheppart. « Je pense que le stock de ces médicaments est un nouvel outil qui permet aux gens de sauver des vies dans un lieu public. »

Gail Madziar, directrice générale de la Michigan Library Association, a déclaré que les toxicomanes avaient plus de facilité à demander de l’aide aux bibliothèques dues à leur anonymat et au caractère public qu’ils incarnent.  « Les bibliothèques sont en première ligne pour traiter cette question et de manière régulière [...] Personne ne veut être en mesure de gérer cela, mais s’ils peuvent faire quelque chose pour les aider, ils le feront. »
 
Le projet de loi de Jason Sheppart a été adopté à l’unanimité à la Chambre et se dirige maintenant vers le Sénat. Affaire à suivre, donc. 

Via MLive


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.