Au nom des mères célibataires, Rowling fustige les conservateurs

Clément Solym - 14.04.2010

Edition - Société - Rowling - furieuse - mères


Pas contente la mère Rowling, pas contente du tout, au point de s'en prendre sans gentillesse aucune à la politique menée par le parti conservateur en Angleterre. Et pas non plus la première fois que maman Potter marque son orientation politique, notamment après le soutien moral autant que financier qu'elle avait accordé aux travaillistes fin 2008.

Or, les critiques de la romancière abondent toujours dans le même sens : après que son mari l'a quittée dans les années 90, et avant qu'elle ne devienne la nounou en chef de toutes les têtes blondes de la planète, Rowling a plongé dans une profonde déprime. Et les récents commentaires des conservateurs concernant les mères célibataires l'ont une fois de plus convaincue qu'elle n'a rien à attendre de ces gens-là.

Entre 93 et 97, explique-t-elle, elle a assumé le rôle des deux parents, travaillé dans des écoles et écrit son premier roman - Harry premier du nom sort en 1997 - ainsi qu'établi le plan pour les cinq autres ouvrages. Et durant cette période, elle a été accablée par les reproches que la société lui faisait, directement ou indirectement. Se faire traiter d'incapable ou de paresseuse - voire même de femme immorale - ne l'a pas vraiment aidé à trouver du réconfort.

Toute une mentalité de refus des femmes célibataires, qui ont repoussé les hommes qu'elle aurait pu rencontrer. Et le tout instillé par le discours de ce parti politique.

Et lorsque le représentant des conservateurs, David Cameron, annonce à l'Angleterre que le parti a changé, Rowling ne rit même pas sous cape, mais ouvertement. Ayant déclaré dernièrement que les conservateurs souhaitent que « l'Angleterre soit l'un des pays les plus aidants pour les familles en Europe », il n'a pas du tout convaincu la romancière.

L'une des dernières propositions des travaillistes était de donner 150 £ aux mères célibataires, ce qui révolte Rowling et montre qu'il « est complètement ignorant de la réalité de leur situation ».

150 £... par an...