Au Québec, les politiciens s'emparent de la régulation du livre

Cécile Mazin - 05.12.2013

Edition - International - Québec - régulation du livre - prix unique


En début de semaine, le ministre de la Culture québécoise, Maka Kotto, a assuré qu'un projet de loi serait bien présenté à l'occasion de la prochaine session parlementaire. La demande des professionnels était entendue, et voilà qu'enfin semblaient aboutir des mois et des mois de mobilisation. Le projet est simple : limiter, durant les 9 premiers mois de mise en vente, les rabais à 10 % du prix du livre.

 

 

 

 

Mais l'annonce était juste tombée que Christine Saint-Pierre, représentante du parti libéral du Québec injectait de l'eau dans le gaz. Selon elle, le gouvernement du Québec cherchait avant tout à gagner du temps. Et dans son ornière, la Coalition avenir Québec regrettait une mesure potentiellement préjudiciable aux consommateurs. 

 

Les prises de position se sont affirmées, rapporte l'agence QMI : les deux partis, PLQ et CAQ, auraient assuré qu'ils ne soutiendraient pas le projet de loi, dont le dépôt officiel n'a pas encore été réalisé. Si le PLQ assure aux libraires qu'il souhaite leur apporter son aide, le projet de loi ne semble manifestement pas l'orientation favorite.

 

Christine Saint-Pierre ajoute : « Ça ne passe pas. Notre chef (Philippe Couillard) est très clair là-dessus. » Et surtout, elle évoque les « consommateurs qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts ». Dans ce contexte, soutenir une loi qui pourrait avoir des répercussions sur les porte-monnaie est hors de question. 

 

« Le ministre a annoncé du vent. […] Autant les libraires que les consommateurs ne sortent pas gagnants de la proposition du ministre. Il n'y a pas d'études sérieuses qui disent que c'est la solution. La preuve, c'est que le ministre parle d'une période d'essai de 36 mois », renchérit-elle. 

 

Pour le CAQ, les mesures à prendre sont immédiates et surtout concrètes : la limite d'un rabais, durant une période de 9 mois, n'aurait pas grand intérêt.