Au Royaume-Uni, les libraires demandent des comptes à Waterstones

Antoine Oury - 27.03.2019

Edition - Librairies - Waterstones royaume uni - Waterstones libraires - libraires salaire minimum


Des libraires employés par la chaine de librairies britannique Waterstones réclament l'instauration d'un salaire minimum de 9 £ par heure (10,55 £ pour la ville de Londres) : une pétition en ligne a réuni plusieurs milliers de signatures. Mais la direction de la chaine assure que l'accent est mis sur le développement des carrières, en soulignant que les conditions économiques restent tendues.

Waterstone's
Une librairie Waterstones, à Londres (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


« Waterstones : devenez un employeur versant un salaire minimum » : la pétition, postée sur la plateforme Organise et adressée à James Daunt, le directeur de la chaine de librairie, est plutôt directe. Les salariés de Waterstones réclament qu'un salaire minimum soit instauré, à hauteur de 9 £ par heure pour les employés, à l'exception de ceux travaillant dans la capitale, avec 10,55 £ par heure.

Waterstones est d'ores et déjà contraint de verser un salaire minimum à ses salariés, mais le montant minimum de 9 £, lui, n'est pas encore obligatoire : il devrait l'être en 2020, suite à la mise en œuvre du National Living Wage, une disposition entrée en vigueur en avril 2016 au Royaume-Uni. Pour le moment, le tarif horaire minimum est établi à 7,83 £ pour les travailleurs âgés de plus de 25 ans travaillant en dehors de la capitale.

Très discutée dans un pays où le libéralisme reste l'idéologie ambiante, la hausse du salaire minimum a vu naitre les oppositions, notamment de la part des conservateurs et des enseignes de la grande distribution, qui assurent qu'elles seront contraintes d'embaucher des travailleurs de moins de 25 ans pour rentrer dans leurs frais.

Les équipes de Waterstones, signataires de la pétition, demandent donc à la direction de la chaine de librairies d'anticiper l'obligation relative au salaire minimum, en adoptant dès à présent les nouveaux taux — et en évitant de recourir à des stratégies pour les éviter. 

« Travailler pour un salaire inférieur au salaire minimum vital conduit à des libraires stressés, préoccupés et disposant de peu de temps libre et d'énergie pour se consacrer à l'achat et à la lecture des livres, et de suivre l'actualité du monde du livre et de l'industrie de l'édition », écrivent les salariés dans leur pétition.
 

Le « rôle vital » des libraires


Interrogé par The Bookseller, James Daunt, à la tête de la chaine de librairies, explique que la politique de la maison est de « mettre l'accent sur la progression professionnelle et sur la valorisation de l'ancienneté avec des salaires plus élevés ». 

« Nous aimerions tous avoir une baguette magique pour pouvoir simplement payer tout le monde au-dessus [de ce salaire minimum]. Mais, si l'on souhaite être juste, on applique cette hausse à chacun, proportionnellement, et, en agissant de la sorte, nous nous retrouverions dans une situation difficile — notre commerce se sort d'un passage difficile, compliqué et délicat, et nous cherchons simplement à éviter d'y replonger », assure Daunt.
La pétition, mise en ligne par la libraire April Newton, pourrait peut-être faire changer d'avis le directeur de la chaine : signée par plus de 7000 personnes au moment où cet article est publié, la pétition a reçu le soutien de plusieurs auteurs, qui ont signé une lettre ouverte à destination de la direction.

Daniel Hahn, John O’Farrell, AK Blakemore ou encore Kerry Hudson, à l'origine de cette lettre, y soulignent « le rôle vital joué par les libraires pour notre culture et notre industrie ».

via Financial Times

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.