medias

Au Royaume-Uni, librairies et bibliothèques maintiennent leurs activités

Antoine Oury - 16.03.2020

Edition - International - royaume uni coronavirus - royaume uni confinement - bibliotheques coronavirus


Contrairement à d'autres pays d'Europe, et notamment à ses proches voisins, le Royaume-Uni a décidé d'adopter une stratégie bien différente pour faire face à l'épidémie de coronavirus. L'« immunité collective » doit permettre de vaincre le virus après la contamination et la guérison d'environ 60 % de la population. Les librairies et les bibliothèques restent donc ouvertes, mais l'inquiétude est de mise.

The British Library
La British Library, bibliothèque nationale du Royaume-Uni
(photo d'illustration, JamesZ_Flickr, CC BY 2.0)


Alors que l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark ou encore la France mettent en place des mesures radicales dans un contexte sanitaire préoccupant, l'attitude du Royaume-Uni suscite l'interrogation, y compris au sein de sa propre population. Depuis plusieurs jours, le Premier ministre Boris Johnson et ses conseillers défendent en effet une stratégie de l'« immunité collective ».

Selon cette dernière, la contamination et la guérison d'une partie de la population, de manière progressive et étalée sur plusieurs semaines, serait le seul moyen de vaincre le coronavirus. Une hypothèse sérieusement contestée, d'autant plus qu'elle suppose ainsi la contamination de 40 millions de Britanniques, avec le développement de formes graves chez une partie non négligeable des malades.

Si la stratégie des autorités pourrait être revue avec l'évolution de l'épidémie, les lieux accueillant du public, comme les librairies et les bibliothèques, ne sont pas soumis à une interdiction d'ouverture comme en France et poursuivent donc leurs activités.

Les organisations qui supervisent ces deux types de lieux du livre font état d'une certaine impuissance : le CILIP (Chartered Institute of Library and Information Professionals), institut qui chapeaute les établissements de prêt au Royaume-Uni, conseille ainsi « de maintenir les distances sociales, de suivre les consignes pour une bonne hygiène et de guetter les symptômes du virus ».

La British Library, la bibliothèque nationale du Royaume-Uni, est « ouverte comme d'habitude », indique le site de l'établissement depuis le 10 mars, preuve de l'absence de mesures contraignantes dans les établissements.

De son côté, la Booksellers Association, qui supervise l'activité des libraires, indique qu'il est nécessaire « de prendre les précautions habituelles, détaillées par le gouvernement ».

Contrairement à la France, où l'absence de consignes claires concernant les bibliothèques avait suscité l'inquiétude des professionnels, les professionnels de la lecture publique sont contraints de suivre les directives de l'État. Le site britannique Public Libraries News, spécialisé dans l'actualité des bibliothèques du Royaume-Uni, s'inquiète ouvertement des conséquences de « l'attitude détachée du gouvernement » pour les bibliothécaires du pays.
 
Pour le moment, les seules fermetures possibles, dans le cas des bibliothèques, découlent de plusieurs cas de contamination dans les établissements...

Le 12 mars dernier, le Royaume-Uni a tout de même annoncé un plan d'action économique pour faire face à l'épidémie, à hauteur de 12 milliards £, pour soutenir les services publics, les entreprises et les travailleurs indépendants concernés par des baisses de revenus ou d'activité.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.