Au Royaume-Uni, on manifeste pour sauver les bibliothèques

Camille Cornu - 11.02.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèques royaume-uni - speak up for libraries - manifestation livre


Des bibliothécaires, rejoints par des auteurs et d’autres soutiens, en ont appelé à leurs semelles pour venir défendre la place du livre dans le service public. Le rassemblement a eu lieu devant le parlement, et appelait les députés à défendre le budget alloué aux bibliothèques publiques. La manifestation a dénoncé « l’indifférence et l’ignorance » du gouvernement. 

 

crédits Speak Up For Libraries

 

 

La campagne du comité Speak Up For Libraries a appelé les députés à signer une motion soutenant les bibliothèques et les bibliothécaires, en inscrivant dans la loi l’obligation pour les autorités locales de fournir un service de bibliothèque « complet et efficace ». Ils ont publié un manifeste regroupant leurs revendications, et affirmant que les bibliothèques jouent un rôle majeur pour transmettre les classiques littéraires et pour combattre la fracture numérique. Ils appellent à une meilleure reconnaissance des bibliothèques, et à un renforcement de leurs financements. 

 

Selon une loi de 1964, le Public libraries and museums act, le gouvernement se doit en effet de fournir un « service complet et efficace ». 

 

Parmi les auteurs les ayant rejoints, l’auteure jeunesse Cathy Cassidy explique au Guardian : « Malheureusement, la première bibliothèque que j’ai fréquentée, à Coventry, est menacée. Les Bibliothèques que je fréquentais pendant mes études à Liverpool le sont aussi. Les bibliothèques d’Écosse où vont désormais mes enfants le sont aussi. C’est toujours et toujours la même histoire. »

 

À ses côtés, Philip Ardagh ajoute : « Les bonnes bibliothèques locales ont toujours été au cœur des communautés, et c’est pourquoi les coupes budgétaires sont si dévastatrices. » 

 

Un budget diminué de 16% en cinq ans.

 

Plus de cent bibliothèques ont fermé au Royaume-Uni l’année dernière. C’est le Pays de Galles qui a connu les plus grandes pertes, avec la fermeture de 11 % de ses bibliothèques depuis 2011. 

 

Depuis 2010, le budget alloué aux bibliothèques a été réduit de 180 M£, soit une baisse de 16 %. Cela correspond à une montée de 93 % de personnel bénévole en plus, et 22 % de personnel rémunéré en moins...

 

Au Royaume-Uni, les bibliothèques souffrent d’un statut ambigu : alors que le gouvernement central rejette la responsabilité, estimant que leur financement doit revenir aux autorités locales. En 2015, le Chartered Institute of Library and Information Professionals (CILIP) avait dénoncé cet entre-deux, estimant qu’il relevait du « devoir légal » du secrétaire à la culture, John Whittingdale, de « fournir un guide permettant d’établir une définition d’un “service complet et efficace”. » CILIP avait alors lancé une pétition, récoltant plus de 13.000 signatures.