Au Royaume-Uni, une certaine lassitude des livres de célébrités

Antoine Oury - 02.01.2015

Edition - International - mémoires célébrités - livres de stars autobiographie - avances ventes déception


Les ventes de fin d'année sont une étape critique pour l'édition internationale, qui observe avec intérêt les tendances qui se dessinent. Au Royaume-Uni, la période fut extrêmement décevante pour les ouvrages signés par des célébrités, avec des ventes en bernes. D'autres catégories éditoriales sont un peu à la peine, comme les livres de cuisine.

 

John Cleese

John Cleese, des Monty Python, en mars 2014 (Bruce, CC BY 2.0)

 

 

On évoque plus volontiers les secteurs qui ont le vent en poupe : à ce titre, 2014 aura été l'année de la littérature jeunesse, après les romans Young Adults pendant quelques années. Mais l'année la moins prometteuse semble bien avoir été celle des ouvrages de célébrités, du moins au Royaume-Uni. 

 

Ainsi, les ouvrages de Stephen Fry, Graham Norton et John Cleese, respectivement réalisateur, présentateur TV et membre des Monty Python — excusez du peu — n'ont chacun vendu que 60.000 exemplaires de leur ouvrage paru cet hiver. Seulement 5 livres de célébrités ont dépassé les 100.000 exemplaires outre-Manche, contre 7 l'année dernière, en 2013 donc.

 

Cette analyse, avec des données fournies par Nielsen BookScan, reste malgré tout à relativiser : quelques-uns des ouvrages cités sont parfois les deuxièmes, voire troisième titre signé par la star, et certains éditeurs n'hésitent pas à exploiter le filon en cas de succès du premier livre. Par ailleurs, tout dépend aussi des territoires : on ne rappellera pas le succès en France, du livre de Valérie Trierweiler. Mais l'ex-femme du président est probablement une exception. Qui confirmerait peut-être la règle.

 

Certaines maisons ont clairement réduit la voilure sur les titres aux auteurs de renom : « Trois semaines de vente, et c'est fini » a laconiquement commenté Charlie Redmayne, directeur de HarperCollins UK, sans mentionner les montants parfois faramineux demandés pour les avances. Un autre habitué des fêtes, le livre de cuisine, a aussi connu une année morose, et l'habituel best-seller de Jamie Oliver ne se classait qu'en septième position des achats de Noël.

 

Publier une star ne semble pas vraiment être le problème, mais plutôt le genre des mémoires et de l'autobiographie : la YouTubeuse Zoella, qui cumule des millions de vue sur sa chaîne Internet, a écoulé sans difficulté 80.000 exemplaires de son premier livre. Un roman, cette fois.