Aucune industrie autour de Stieg Larsson, assure son frère

Clément Solym - 27.01.2011

Edition - Société - stieg - larsson - marketing


La réponse de Joakim Larsson à Eva Gabrielsson montre que le combat entre les ayants droit du romancier et celle qui partagea sa vie est loin d'être achevé.

Dans une lettre ouverte, ce dernier s'adresse directement à Eva, et fustige son livre-confession, Millenium, Stieg et moi, qui accuse le père et le frère d'avoir bâti « une industrie Stieg Larsson ».

Jamais de la vie, répond Joakim : « Au contraire, nous avons activement lutté contre toutes ces tentatives. Mais maintenant que de nombreuses déclarations fausses et trompeuses sont répétées dans ce livre, je tiens à faire ma défense en détail. »

À la télévision suédoise, il avait déjà nié ces accusations : « Il n'y a pas de tee-shirts ni de tasses à café. Nous avons payé des avocats pour que tout cela s'arrête. Nous avions même reçu une demande en provenance de Taiwan, pour la réalisation d'une opérette, mais nous avons dit non à tout. » (notre actualitté)

Selon lui, Eva Gabrielsson propage une image déformée de Stieg, depuis sa mort, en 2004. Et d'accuser son ouvrage de continuer de mentir. Père et frère souhaitent rétablir la réalité et surtout, mettre définitivement un terme à cette histoire.

Sur les investissements réalisés avec les revenus liés aux livres, Joakim garantit que la majeure partie est allée au financement des groupes anti-violence de lutte contre les mouvements nationalistes et racistes. La protection de la liberté de la presse a également reçu des sommes pour assurer la persistance des idéaux auxquels croyait Stieg.

« Nous n'avons pas l'intention d'utiliser l'argent d'une autre manière que celle qui correspond à la volonté de Stieg. Eva fait partie de notre famille et elle a toujours été une partie de notre famille. »

Quant au 4e livre, qui serait le 5e tome, et dont elle a assuré qu'elle pouvait le finir, Joakim déclare qu'elle ne devrait simplement pas essayer. « Je ne veux pas spéculer sur ce qui arrivera. Mais j'espère qu'elle m'appellera. » (notre actualitté)

Sa lettre ouverte a été publiée sur le site officiel de Stieg Larsson.