Audience Google books : le juge se défausse, avec quelques doutes

Clément Solym - 19.02.2010

Edition - Justice - audience - Google - books


C'était prévisible - et d'ailleurs, nous l'avions prévu - le juge Denny Chin a illico botté en touche hier, alors que s'ouvrait la grande audience qui doit décider du sort de Google Books et de son règlement.

« Je vais vous le dire tout de suite, je ne trancherai pas aujourd'hui. Je vais écouter attentivement les avis et vous poserai quelques questions », a averti le juge de New York alors que la salle était bondée, la foule de journalistes étant venue en masse pour entendre quel serit le devenir du livre numérique.

Cinq heures d'audience et de témoignages

Durant cinq heures, les témoignages des partisans et opposants se sont succédé, avec les avis que l'on connaît : la violation du droit d'auteur et le monopole de fait qu'obtiendrait Google. « Ce ne sera pas une grande bibliothèque, cela va être un immense magasin », affirme Sarah Canzoneri, membre de la Children's book Guild - et on s'en doute, opposante au règlement.

Le juge aura, face à eux, joué franc jeu : « Pour mettre fin au suspens, je ne me prononcerai pas aujourd'hui. Il y a tout bonnement trop de choses à ingérer. »

Sony, Microsoft, Yahoo!, l'Open Book Alliance se succéderont et même des représentants de la France et de l'Allemagne. Cette dernière affirme sa volonté de voir l'accord limité aux auteurs et éditeurs américains. Et la firme accusée n'en démord toujours pas : « Comme nous l'avons déclaré devant le tribunal aujourd'hui, nous croyons fermement que le règlement doit être approuvé - non seulement parce qu'il est conforme à la loi, mais aussi parce qu'il aidera à mette en place des avantages innombrables. »

L'une des choses qui ressortiront tout de même, c'est la demande expresse concernant les données personnelles. « Google connaît toutes les pages que vous lisez. Amazon, en revanche, sait seulement que quelqu'un a fait un achat, mais il ignore ce qui se passe quand les livres ont quitté son entrepôt » , explique Cindy Cohen, avocate de l'Electronic Frontier Foundation.

Je doute, donc j'hésite

Le ministère de la Justice a ainsi indiqué qu'il croit à la faisabilité du règlement, à condition que les ayants droit acceptent l'Opt In. De quoi rassurer ou inquiéter, finalement, étant donné les dernières déclarations du juge. Si ce dernier a exprimé quelques doutes, se demandant pourquoi le règlement offre des droits à Google pour le futur, plutôt que de simplement corriger les dommages qui ont conduit à des poursuites voilà cinq ans.

L'audience s'achèvera sur ces questions... En attendant la suite...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.