Audio et numérique sont-ils compatibles dans l'édition ?

Clément Solym - 10.02.2011

Edition - Société - audiobook - ebook - edition


La maison d’édition américaine HarperCollins n’éditera que 2 CDs sur ses 150 titres audio disponibles au printemps les autres seront des fichiers téléchargeables. Même si l’industrie du CD connaît un sérieux déclin, aucun éditeur n’avait encore pris de telles distances avec ce support.

Un porte-parole d’Harper a rassuré leurs clients, affirmant que la maison d’édition ne souhaitait pas abandonner le format CD et éditerait peut-être plus tard quelques autres titres audio sur ce support. Mais a souligné le fait que depuis quelques années, les auditeurs se sont tournés vers le numérique. D’après le Publisher Weekly, les initiés de cette industrie présument que d’autres éditeurs pourraient suivre le mouvement, inquiétés par la chute des ventes de CDs.

Alors que chaque tentative des éditeurs pour maîtriser plus de droits suscite l’indignation des agents, la question de l’audio est plus complexe. Bien que certains agents ont déclaré ne pas aimer l'idée d’étendre les droits audio au numérique l’un deux a dit sans ambages : « C'est quelque chose que nous n'accepterons pas. » 

D'autres ont émis l’idée inverse. Avec des livres numériques aux formats variés, dans un marché en pleine expansion, les agents s’accordent pour dire que l’audio sera probablement nécessaire à des formats nouveaux, comme les livres numériques enrichis ou d’autres qui n’ont pas encore vu le jour.

La plupart des agents interrogés estiment que l’industrie se tourne vers une époque où le téléchargement audio sera compris dans celui du livre numérique, devenant ainsi un livre numérique enrichi capables d’entrer en concurrence sur le marché, avec une version papier du titre initial. Si les éditeurs décident d’utiliser les droits audio uniquement pour créer des fichiers numériques, ce qui par ailleurs rapporte moins aux auteurs au vu des prix des CDs, les agents devront sérieusement peser le pour et le contre de la vente de l’audio à part.

Contenir les droits audio pourrait empêcher les éditeurs de créer des livres numériques enrichis ou des applications, bloquant ainsi un précieux flot de revenus. (via Teleread )