Audrey Azoulay prend la direction générale de l'UNESCO

Victor De Sepausy - 13.10.2017

Edition - Société - audrey Azoulay unesco - culture azoulay unesco - direction unesco azoulay


Ce ne fut pas un parcours de santé, mais voici : Audrey Azoulay vient d'être élue à la tête de l'UNESCO, alors que l'institution vit des heures délicates. « À l’heure où nous voyons ressurgir dans le monde des tensions que l’on croyait apaisées, régresser des libertés fondamentales, des populations massivement contraintes de fuir la misère et la violence, à l ’heure où les revendications identitaires ou religieuses alimentent les discordes nationales et internationales, à l’heure où les risques environnementaux se matérialisent, la mission de l’ UNESCO apparaît plus cruciale que jamais », expliquait-elle en mars dernier, présentant sa candidature.

Désormais, place aux actes.


Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication

Audrey Azoulay - ActuaLitté, CC BY SA 2.0



Dans un message diffusé par Françoise Nyssen, ministre de la Culture et qui avait justement succédé à Audrey Azoulay, la pensionnaire de la rue de Valois salue cette élection.
 

La candidate de la France, ancienne ministre de la Culture, forte de son parcours professionnel dédié à la culture, succède à Irina Bokova. Elle va pouvoir engager les chantiers essentiels qu’elle a portés pendant sa campagne. 

 

L’UNESCO, sous la direction générale d’Audrey Azoulay, s’attachera à faire de l’éducation un ferment de développement et d’égalité, et à refonder son ambition culturelle comme élément d’émancipation et de lutte contre l’obscurantisme.

 

Plus que jamais, l’UNESCO doit s’imposer comme forum de discussion et d’échanges intellectuels incontournable et comme acteur de référence du développement durable.

 

Françoise Nyssen se réjouit de cette élection qui permettra à Audrey Azoulay, élue à la tête de l’organisation internationale, de porter les valeurs universelles et humanistes de la culture et de l’éducation.

 

Le fait est que cette élection n’est pas vraiment un succès fulgurant : c’est sans glore qu’Audrey Azoulay l’a emporté contre le Qatari Hamad Al-Kawari... Certains observateurs avisés notent également que l’attitude des États-Unis vis-à-vis de l’UNESCO a pu motiver un vote en faveur de l’ancienne ministre. 

 

Pour sa part, Audrey Azoulay estime que « l’UNESCO traverse une crise profonde. Face à ces difficultés, la France a décidé non pas de la quitter, mais de s’y investir davantage. Nous croyons à la puissance de l’éducation, de la culture et des sciences, à la défense des libertés et des droits de l’homme. Ma candidature va dans ce sens : Restaurer la centralité des enjeux de l’Unesco, sa crédibilité et son efficacité. »

 

Audrey Azoulay à la tête de l’UNESCO : la candidate qui dérange

 

L’établissement doit être « à l’avant garde du progrès scientifique, de la défense de la diversité culturelle et de nos valeurs universelles ». On peut retrouver l’intégralité de son projet ci-dessous.