Audrey Azoulay salue la libération d'Asli Erdogan : le procès continue

Nicolas Gary - 31.12.2016

Edition - International - Azoulay Erdogan Turquie - procès droits Homme - liberté expression Erdogan


Mi-décembre, à l’occasion de multiples événements organisés en soutien à l’auteure Asli Erdogan, la ministre de la Culture Audrey Azoulay avait reçu Mine Aydostlu, mère de l’écrivain. La Turquie avait incarcéré Asli depuis le 19 août dernier pour des activités exercées dans le cadre de la liberté d’expression, dans la prison pour femmes de Barkirköy située à Istanbul. Aujourd’hui, c’est la libération conditionnelle que salue la ministre.

 

 

 

C’est « à l’issue du premier jour du procès intenté à son encontre et à plusieurs autres collaborateurs du quotidien Özgür Gündem » qu’Asli Erdogan, ainsi que plusieurs autres accusés ont obtenu leur libération conditionnelle.

 

Ainsi, Necmiye Alpay, traductrice, et six autres accusés ont pu retrouver une liberté partielle. « Tout comme les autres prévenus du procès, Aslı Erdoğan demeure toutefois poursuivie et reste sous contrôle judiciaire. La France continue de suivre avec attention et inquiétude la procédure qui doit reprendre le 2 janvier prochain devant la 23e chambre de la cour pénale d’Istanbul », rappelle Audrey Azoulay.

 


 

Lors de sa rencontre avec la mère de la romancière, le 13 décembre dernier, la ministre Erdoğan avait assuré de tout son soutien dans son combat pour la libération de sa fille. Mme Aydostlu a fait part de l’état de santé inquiétant de sa fille, qui souffre de multiples complications qui nécessiteraient un traitement régulier et un régime alimentaire adapté. Ces dernières semaines, ses conditions de détention se sont encore durcies.

 

Asli Erdogan Audrey Azoulay

crédit MCC

 

 

La ministre avait par ailleurs un courrier en septembre dernier à son homologue turc indiquant sa vive préoccupation quant au maintien en détention de cette écrivaine reconnue internationalement et engagée de longue date dans la défense des droits de l’Homme.

 

Asli Erdogan durant son procès : “Je vais m’exprimer comme si le Droit existait…”

 

Audrey Azoulay est également préoccupée par les informations faisant état du placement en garde à vue du journaliste Ahmet Sik. La ministre rappelle que la lutte légitime contre le terrorisme ne saurait justifier que soit porté atteinte au respect de l’État de droit et des libertés fondamentales et au respect de la liberté d’expression.

 

 

Retrouver toutes les informations sur le procès de Asli Erdogan