Aurélie Filippetti part en croisade contre Amazon

Clément Solym - 14.09.2012

Edition - Librairies - Aurélie Filippetti - Ministère de la culture - Amazon


La ministre de la Culture, qui inaugure ce vendredi le salon « Livre sur la place » à Nancy, a accordé une interview aux quotidiens locaux : l'Est Républicain et le Républicain Lorrain. Au cours de l'entretien, évoquant le marché du livre, Aurélie Filippetti a pris la défense des librairies indépendantes et dénoncé l'influence néfaste de l'infidèle Amazon. Selon elle, le géant américain « risque de tuer » les librairies.

 

 

 

 

La ministre est également députée de Lorraine, et romancière à ses heures. Tandis que le gouvernement a déjà promis d'intervenir sur la fiscalité d'Amazon et de Google, Aurélie Filippetti a exprimé : « Il faut défendre les librairies indépendantes qui sont de vrais poumons pour les villes. Nous avons un réseau formidable en France, que le site de vente en ligne Amazon risque de tuer. Il n'est pas normal qu'Amazon contourne par des prix bas la loi du prix unique en étant installé en Luxembourg et ne payant pas de fiscalité juste en France.  Nous avons voté l'an dernier à l'unanimité la loi sur le prix unique du livre numérique… »

 

Quand les journalistes lui ont demandé si le combat était le même pour Google, la ministre a ajouté :

« Il faut travailler sur la fiscalité de ces plates-formes qui utilisent la matière première créatrice. Il est normal qu'elles participent au financement de la création, de la presse... Tout ce qui crée la plus-value qu'elles font circuler sur leur réseau. »

 

La polémique oppose Aurélie Filippetti à la présence de la dynastie Wendel en tant qu'unique mécène fondateur du Centre Pompidou-Metz. L'ancienne entreprise industrielle, devenue société d'investissement, a contribué à hauteur de 1,5 million d'euros depuis la fondation et s'est engagée sur 5 ans.

 

Le groupe Wendel s'est déclaré las des accusations de la ministre à son rencontre, mais Aurélie Filippetti n'a pas manqué la nouvelle opportunité de partager son opinion : « Le mécénat permet une certaine défiscalisation, j'estime que cela doit bénéficier à des gens qui sont en règle avec le fisc. »

 

Pas vraiment la première fois que la ministre se lance à la-va-vite, en guerre contre Amazon. Durant son discours lors de l'Assemblée générale du Syndicat national de l'édition, elle avait également attaqué en frontal la firme américaine, mais sans jamais la nommer. (voir notre actualitté)

J'ai fait part de l'objectif, qui me paraît raisonnable, de redonner 2 points de résultats aux commerces indépendants pour assurer la pérennité de leur exploitation. Il s'agit d'un objectif collectif, que les pouvoirs publics partageront avec vous. Une fois quantifiées les mesures avancées par les deux rapports remis récemment, sur l'avenir de la librairie et les marchés publics, il sera possible de préciser l'effort de chacun.Je présenterai rapidement un calendrier et une méthode de travail et j'ai lancé, sans attendre, une mission de l'inspection générale des affaires culturelles pour m'éclairer sur la possibilité de donner à la librairie indépendante une solution numérique.

 

Depuis fin août, la ministre a également officialisé l'existence de deux missions pour la librairie indépendante, l'une qui doit « formuler des propositions pour répondre au besoin avéré de structure collective après l'échec du portail 1001libraires.com ». L'autre pour « améliorer la rentabilité de la librairie indépendante dans un contexte de fortes tensions dû aux évolutions technologiques et à l'arrivée de nouveaux acteurs dans le secteur ». (voir notre actualitté)