Aurélie Filippetti va tailler dans les crédits alloués à la Hadopi

Clément Solym - 02.08.2012

Edition - Justice - aurélie - filippetti - hadopi


Depuis l'arrivée de la nouvelle majorité au pouvoir, il n'est pas un jour qui passe sans que l'on annonce l'enterrement en toute beauté des textes et projets de l'ère Sarkozy. Selon les dernières déclarations faites par la ministre de la Culture et de la Communication à nos confrères du Nouvel Observateur, la Hadopi devrait subir prochainement une restriction drastique de ses crédits de fonctionnement.

 

Voilà une façon assez simple de trouver des économies à faire et, surtout, de commencer l'enterrement de la Hadopi qui, selon la ministre, « n'a pas rempli sa mission de développement de l'offre légale. Sur le plan financier, 12 millions d'euros annuels et 60 agents, c'est cher pour envoyer un million d'e-mails ». Effectivement, vu sous cet angle, ce n'est pas glorieux comme bilan. Reste à savoir ce qui remplacera la Hadopi…

 

Pour l'instant, Aurélie Filippetti a précisé qu'à ses yeux, « la suspension de l'accès à internet » est « une sanction disproportionnée face au but recherché. » Et, pour savoir ce qui viendra après la Hadopi, il va falloir encore laisser travailler Pierre Lescure et son équipe d'experts à qui on a donné « une mission de concertation sur l'acte II de l'exception culturelle », rappelle la ministre.