medias

Auteur de nombreux livres pour adolescents, Bertrand Solet est décédé

La rédaction - 07.02.2017

Edition - Société - décès Bertrand Solet - Bertrand Solet - Bertrand Solet livres


Bertrand Solet, né le 20 août 1933, était auteur de livres pour adolescents. Écrivain prolixe, il s’était installé en France avec ses parents, émigrés russes, durant la Seconde Guerre mondiale. André Delobel, secrétaire général du Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse, a fait parvenir à la rédaction un texte, en hommage.

 

 

 

Bertrand Solet vient de décéder. Il venait chaque année nous saluer à Montreuil et, cette année, il n’était pas venu. De son vrai nom Bertrand Soletchnik, il était né en 1933, à Paris, dans une famille d’émigrés russes. Durant la Seconde Guerre mondiale, en zone libre avec ses parents, il attrapa – quel mot ! — une maladie que l’on connaissait mal et que l’on soignait mal à l’époque, la poliomyélite. C’est durant cette période de maladie qu’il attrapa aussi le virus de la lecture.

 

Après la guerre, orphelin, élevé et soigné par une tante, il prépare l’IDHEC. L’arrivée massive du cinéma américain qui faillit couler le cinéma français l’incite à changer d’orientation. Il suit les cours du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Un temps journalisme, il entre dans une entreprise de commerce international et devient responsable du service de documentation économique, travail qui le fait beaucoup voyager.

 

Il écrit pour la jeunesse, à compter des années 1970, des romans le plus souvent historiques (Il était un capitaine, Robert Laffont, 1971, Prix Jean Macé, Les révoltés de la Saint-Domingue, 1980, En Égypte avec Bonaparte, 1988, Compagnons de Mandrin, 1990) ou traitant de sujets liés à l’actualité ou peu souvent traités comme le racisme, l’immigration, la vie des Tsiganes (La flute tsigane, Flammarion, 1982). Il écrit également des recueils de contes (Contes traditionnels d’Auvergne, Milan, 1994, Contes traditionnels de Russie, Milan, 2002). Ouvrage récent : Le Chambon-sur-Lignon : le silence de la montagne (Oskar jeunesse, 2016).

 

Écrivain « pédagogue », auteur de près de 150 ouvrages à l’écriture efficace, Bertrand Solet aura fait connaître aux jeunes lecteurs des pans entiers de l’Histoire et, assez souvent, d’une Histoire pas enseignée à l’école. Il les aura aussi, offrant de solides fictions, fait réfléchir à quelques-unes des questions qui empoisonnent le monde.

 

Membre de la Société des Gens de Lettres, de la Maison des Écrivains et fidèle de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse qu’il a contribué à mettre sur pied, la première réunion de réflexion s’étant tenu, en 1976, à son initiative et à celle de la conseillère municipale à la culture, à la bibliothèque de Montreuil.

 

Il avait en 2003, publié au Sorbier un bel essai : Le roman historique : invention ou vérité ?

 

En 2005, un numéro de la revue Griffon lui est consacré.

 

André Delobel

 

 

« Bertrand Solet désigne quelque injustice à combattre, une nouvelle cause à défendre, des chaînes d’esclaves qu’il faut aller briser. Sa fameuse canne balaie l’horizon : là-bas, il y a une terre où les hommes vivent libres et égaux. » (Marcelino Truong).