Auteurs et critiques littéraires en guerre contre la pollution des océans

Fasseur Barbara - 24.04.2018

Edition - International - Pollution Ecologie Authors4Oceans - Auteurs Ocean Plastique - Editeur Auteur Plastique


Le mois dernier, à l’initiative de l’auteure de jeunesse Lauren St John, la campagne Authors4Oceans était lancée. Le mouvement entend faire bouger les mentalités afin de réduire l’utilisation de plastique dans le milieu du livre et de l’édition. Quelques semaines plus tard, c’est une cinquantaine d’auteurs et illustrateurs britanniques qui ont rejoint le mouvement parmi lesquels Jacqueline Wilson, Chris Riddell ou encore Sir Michael Morpurgo.

 
 
 

La créatrice de Laura Marlin et de la Girafe blanche espère ouvrir les yeux aux éditeurs, aux libraires, mais aussi aux lecteurs sur leur consommation abusive de plastique. À travers les ressources proposées par le blog de Authors4Oceans, des alternatives écologiques aux sacs, pailles et autres objets en plastique à usages uniques seront proposées.

 

Le site se voit également comme une plateforme pédagogique à destination des jeunes et des professeurs des écoles proposant du matériel de sensibilisation et des conseils pour réduire le gaspillage. Le mouvement compte également organiser des nettoyages des plages britaniques au mois de septembre prochain. Certains membres de la campagne seront également présent au Hay Festival au Pays de Galles pour animer une conférence le 29 mai.

 

Un onglet School Compétition présente également un concours organisé en partenariat avec la Marine Conservation Society, Action for Conservation, la Born Free Fundation et l’hebdomadaire The Week Junior. Il propose aux élèves participants de transformer des déchets plastiques en une sculpture d’animal marin en danger. L’école lauréate remportera la visite d’un auteur jeunesse faisant partie de l’action ainsi qu’un livre de chaque auteur et illustrateur inscrit à la cause.

 

Le Bookseller explique que St John aurait eu l’idée de cette action après avoir commandé une boisson au café d’une librairie. Cette dernière est arrivée avec une paille en plastique flottant au milieu des glaçons. « Cela m’a fait penser à toutes les librairies à travers le Royaume-Uni — il y a 300 magasins Waterstones rien que pour cette chaîne — et à toutes celles qui utilisent quotidiennement des pailles et des sacs plastiques. »

 

Consciente qu’en écrivant en son nom seul elle n’arriverait à rien, elle a cherché du soutien auprès de ses collègues écrivains et illustrateurs afin de se faire entendre. « Au début, j’ai approché mes amis, des gens comme Abi Elphinstone et Katherine Rundell, et très vite nous formions déjà un groupe d’une vingtaine de personnes, alors je me suis dit pourquoi ne pas viser la cinquantaine. »

 

Des noms comme Rob Macfarlane, Jackie Morris, Marcus Sedgwick, Quentin Blake et Patrice Lawrence ont rejoint le mouvement. Deux éditeurs ont aussi suivi, Head of Zeus et Knights, ainsi que la librairie indépendante Octavia. Les établissements adhérents à la campagne s’engagent à stopper l’utilisation de gobelets et de bouteilles jetables et à proposer des sacs réutilisables.

 

Suivant cette dynamique, environ deux cents critiques et journalistes littéraires, mais aussi des auteurs et des agents ont rédigé une lettre ouverte aux éditeurs. Ils y expriment l’urgence de trouver des solutions alternatives aux plastiques dans l’industrie du livre notamment pour les emballages utilisés pour expédier les livres.

 

« En tant que critiques littéraires, nous recevons chaque année des milliers de livres par courrier, la plupart d’entre eux étant emballés dans des enveloppes non recyclables. [...] Nous vous demandons, dans la mesure du possible, d’utiliser des emballages recyclables et donc respectueux de l’environnement. Les alternatives incluent par exemple un emballage en carton ou des enveloppes renforcées qui utilisent du papier au lieu du plastique pour le rembourrage. »

 

Les réponses à cette lettre ont jusqu’à présent été positives assure Sarah Shaffi à l’origine de la lettre. L’imprimeur de Penguin Random House, Allen Lane, a déclaré que son équipe de publicité « étudie les emballages alternatifs en ce moment même » rapporte le Bookseller.

L’urgence “de faire émerger une filière
du livre durable en France”


Une autre voix chez PRH a déclaré : « Nous nous engageons à réduire notre impact sur l’environnement et reconnaissons qu’il reste encore beaucoup à faire pour résoudre ce problème, ce qui nous amène à revoir nos politiques internes et nos procédures d’envoi postal. »

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.