medias

Auteurs et éditeurs partenaires ? Le défaut d'information

Nicolas Gary - 16.11.2018

Edition - Société - auteurs éditeurs relation - contrats pourcentage vente - livres vente baisse


En cette fin d’année, les rhumes vont vite, et un je-ne-sais-quoi de viral traîne dans l’air, dont on sait les symptômes. À l’occasion de l’émission d’Augustin Trapenard, Boomerang, l’intervention d’Héloïse d’Ormesson, éditrice et fondatrice de la maison éponyme a posé quelques questions. De quoi montrer l’incompréhension qui règne entre auteurs et éditeurs ? 

 



 

Cécile Coulon, de passage sur France Inter alors qu’elle venait de remporter le prix Apollinaire, l’avait ouvertement dit : la situation des auteurs devient intenable. Et la précarisation qu’ils connaissent ne s’arrange pas, avec les réformes sociales et fiscales déclenchées. Pourtant, ces constats, l’éditrice ne les opérait pas si clairement. 

 

« Pour moi c’est une énigme… Je ne comprends pas. Parce que les éditeurs et les auteurs, c’est vraiment même combat. Ils s’enrhument, on éternue. On a les mêmes objectifs », indiquait Héloïse d’Ormesson. Et d’ajouter : « Il y a une méconnaissance complète de l’économie du livre. Un éditeur touche moins qu’un auteur sur le prix du livre. Un auteur, disons, en moyenne, touche 10 % du prix du livre… l’éditeur, quand il a payé, l’imprimeur, le compositeur, le correcteur, toute son équipe… »

 

Que les auteurs se trompent de combat, de colère ou se trompent dans l’absolu semblait difficile à entendre. Dans un communiqué, la Ligue des auteurs professionnels rappelle ainsi quelques réalités. 

 

Ainsi, « entre 41 % et 53 % des auteurs professionnels vivent avec moins que le SMIC, les revenus se dégradent, les perspectives d’avenir sont moindres en particulier pour les jeunes et les femmes. Au 1er janvier 2019, le régime social des auteurs va subir des bouleversements majeurs ayant des impacts considérables sur la possibilité d’exercer ce métier. » 

 

Et de souligner que s’il existe un partenariat entre auteurs et éditeurs, alors ces derniers doivent « se tenir au fait de la situation dans laquelle se trouvent leurs partenaires ». Le constat qui avait été posé voici peu de temps pourra, à ce titre, en présenter les grandes lignes.

 

 

 

L’éditrice établissait elle-même un constat qui rejoint, pour partie, certaines des conclusions que la Ligue avait alors formulées. « En ce moment, ce qui se passe dans l’édition est exactement ce qui se passe dans la société. Il y a de moins en moins de livres qui se vendent et de plus en plus qui ne se vendent pas. Il n’y a plus de livres qui se vendent à 30 000, 40 000 exemplaires », indiquait Héloïse d’Ormesson.


Se positionnant comme « l'agent de son auteur », l’éditrice ne vivrait donc pas éloigné des préoccupations des écrivains. Cependant, poursuivait-elle : « Le souci c’est que les auteurs ne vendent pas assez de livres, qu’il y en a de plus en plus et que les livres se vendent de moins en moins… c’est ça le problème, nos tirages ont été divisés par moitié, 80 % des livres qu’on publie perdent de l’argent, les éditeurs aujourd’hui sont aussi précarisés — les éditeurs indépendants. » 


Loin des micros, un auteur insiste auprès de ActuaLitté : « À sa décharge, Héloïse d'Ormesson fait de bons contrats avec de bons pourcentages. Mais ce que l'on a entendu là, c'est une parole globale d'éditeur avec des éléments de langage qui ne tiennent pas. » 

La Ligue conclut pour sa part : « Il est vital que la chaîne du livre comme les pouvoirs publics se penchent sur des solutions pour préserver un métier qui est à la base du rayonnement et du dynamisme culturel français. » Gare à ne pas attraper froid, en effet...




Commentaires
Constat : Trop de livres écrits, trop de livres publiés, fonte du lectorat.

Alors qu'est-ce qu'on fait docteur ?

Ben, par exemple, on réduit très sérieusement la voilure et on en profite pour "faire" de bien meilleurs livres.

S'ils deviennent rares et exceptionnels et qu'ils sont bien accompagnés, comme par exemple "The Girls" d'Emma Cline ou "My absolute darling" de Gabriel Talent, il y a fort à parier qu'ils fassent un carton. Talent = rareté = lecteurs = Tout le monde est content.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.