medias

Auteurs et libraires en soutien à Charles Kermarec, fondateur de Dialogues

Cécile Mazin - 22.10.2018

Edition - Librairies - librairie édition Dialogues - soutien Charles Kermarec - Brest librairie Kermarec


Quelques jours après sa mise en examen, le patron de la librairie Dialogues, à Brest, a reçu un message de soutien émanant de nombreux auteurs. Charles Kermarec, accusé d’agression sexuelle, s’était défendu en évoquant une cabale. Aujourd’hui, des auteurs se montrent solidaires.

 


crédit Brigitte Lannaud Levy


 

Parmi les signataires d’une lettre ouverte, on retrouve Irène Frachon et Hervé Hamon, deux essayistes de la maison que dirige Charles Kermarec. Mais ils ne sont pas seuls, bien au contraire. 

 

« Nous, libraires et auteurs qui avons côtoyé et, pour certaines, au quotidien, Charles Kermarec, fondateur de la librairie Dialogues à Brest, nous ne pouvons qu’être effarés par l’accusation dont il fait l’objet [accusation d'agression sexuelle, NdR]. »

 

Et de poursuivre : « Nous connaissons l’homme depuis bien des années, nous connaissons son attachement au livre, à la littérature, nous connaissons sa passion impérieuse pour l’entreprise unique qu’il a créée et sa fidélité non moins passionnée aux écrivains et aux lecteurs », indiquent les signataires dans leur courrier. 

 

Ils évoquent eux-mêmes une conspiration « qui le vise dans son honneur et nous faisons confiance à la justice pour l’établir ».

 

Ne pas travestir le mouvement
 

Jamais le cofondateur de la librairie n’aurait eu le moindre geste ni attitude déplacés. Les auteurs du courrier lui reconnaissent des défauts et surtout celui « d’être exigeant, mais s’il est un défaut qu’il n’a pas et qu’il n’a jamais eu, c’est la goujaterie. Nous avons assez travaillé avec lui pour savoir que, ni dans ses propos ni dans son comportement, nous n’avons été témoins de la moindre ambiguïté a fortiori envers les femmes ».

 

Et d’insister sur le fait que le mouvement #metoo qui s'est formé sur les réseaux sociaux, faisant éclater ici et là de véritables scandales, ne doit pas être détourné de la sorte. « Nous sommes enfin trop soucieux du respect des femmes pour ne pas être révoltés que cette cause majeure soit travestie en très basses manœuvres. »

 

Selon les informations pourtant communiquées, une vingtaine de témoignages pointerait le comportement du libraire-éditeur. Pour l’heure, la juge d’instruction a demandé son placement sous contrôle judiciaire, avec interdiction de se rendre dans la librairie.
 

Harcèlement sexuel dans l'édition :
“Ouvrir les yeux sur cette violence”

 

 

Les signataires sont les suivants : Olimpia Bogdon-Verger, éditrice, ancienne libraire à Dialogues. Géraldine Delauney, libraire (Dialogues). Irène Frachon, auteure et médecin. Christiane Frémont, universitaire, auteure. Paul Goupil, journaliste, auteur. Hervé Hamon, écrivain. Yvon Le Men, poète. Érik Orsenna, de l’Académie française. Alain Rémond, journaliste, écrivain. Jean Rouaud, écrivain, prix Goncourt. Michel Serres, de l’Académie française  

 

via Ouest France




Commentaires

Communiqué de presse du Planning familial du Finistère adressé au Télégramme, Ouest-France, France 3.

Plainte pour agressions sexuelles à Dialogues : que la justice passe !

Nous, association planning familial, sommes « atterré.e.s par les faits retenus par la justice » mais aussi par les arguments avancés par les défenseurs/ses de Charles Kermarrec dans la tribune parue dans vos colonnes lundi 22 octobre.

Les chiffres montrent que dénoncer ces actes délictueux est toujours difficile : regard des collègues et plus encore, pression de la hiérarchie avec menaces sur l’emploi (selon une enquête de l’INSEE, 95
Pour voir et signer la lettre de soutien aux salariées de Dialogues, aller sur le site de LCause:



http://espacelcause.wixsite.com/lcause/texte-de-soutien-dialogues
Que savent-ils de ce qui s’est passé ?
Et vous, que savez vous de ce qui s´est passé ?

Je pense que n’importe quel homme a le droit à ses soutiens. Tout comme cette femme, qui a porté plainte, a ses soutiens.

Il est facile de juger un homme, mais laissons la justice faire son travail ...
Visiblement je me suis mal exprimé! Je ne sais rien de ce qui s'est passé ou pas. C'est pour cela que je ne prends parti ni pour l'un ni pour l'autre et je ne juge personne contrairement à ce que vous semblez croire. Tout comme vous je pense que c'est à la justice de faire son travail.
"Exigeant" pour les uns, ça peut vite devenir du "harcèlement moral" pour les autres, c'est bien de s'en rendre compte parfois. Curieux de savoir la vérité sur cette affaire en tout cas.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.