Auteurs et traducteurs, le livre à quatre mains

Clément Solym - 17.03.2012

Edition - Les maisons - traduction - David Bellos - Daniel Loaysa


Ils sont venus parler de la passion qui les dévore et les charme. Autour de la parution en France de l'ouvrage Le Poisson et le Bananier, une fabuleuse histoire de la traduction, l'auteur David Bellos et son traducteur Daniel Loaysa se sont exprimés sur le travail de traduction, sous la houlette de Cathy Ytak, membre de l'Association des Traducteurs Littéraires de France.

 

L'un est professeur à l'université de Princeton, a traduit Perec et écrit sur Jacques Tati. L'autre est hélleniste, a traduit Sophocle, mais aussi Shakespeare, ou encore Tennessee Williams. Ils ont été présentés par Flammarion. Peu importe s'ils ne se connaissaient pas. « Ce qui compte, c'est le rapport d'amitié, le fait de tout se dire, de  ne rien laisser passer ».

 

L'auteur David Bellos

 

Infinie traduction

 

Ici, l'auteur de l'ouvrage en question connaît parfaitement le français, et a gardé un droit de regard sur la traduction française. « J'ai un anglais très collet monté. J'ai voulu guider Daniel  vers un françaiss un peu moins décontracté que ce qu'il proposait, peut-être à tort. Mais j'ai quand même eu des réticences ». Traduire correspond à un frottement entre les attentes de l'auteur et l'appréhension du texte par le traducteur. « J'ai essayé de me défendre d'une traduction trop intellectuelle, qui me semblait trahir l'esprit du livre. Il faut cependant que l'auteur, qui comprend dans notre cas la langue française,  puisse relire la traduction au fur et à mesure, sinon on court à la catastrophe ». 

 

Ce qui induit, comme le rappelle David Bellos, que la traduction n'est jamais finie, estimant qu'il est difficile de rester figé, dans le temps, sur une seule traduction. L'auteur déplore ainsi le caractère strictement commercial de la retraduction en Grande-Bretagne, tandis que Daniel Loaysa remarque qu'il suffit, en France, d'une accumulation de notes de traducteurs et d'un esprit nouveau pour déclencher une nouvelle traduction.

 

Tout est traduisible

 

Selon Daniel Loaysa, le livre expose une thèse majeure, selon laquelle « tout est traduisible ». Quand une locution paraît complexe à traduire, peu importe la complexité, si l'auteur accepte de faire deux pages pour l'expliquer. Le traducteur ose une métaphore pour expliquer son sentiment face à certains blocages qu'il rencontre. « J'ai l'impression d'être un coureur de 110 mètres haies unijambiste, je finis la course en rampant, mais je finis la course quand même ».

 

Le traducteur Daniel Loaysa

 

La traduction serait une course de fond, qui traîne son lot de critiques habituelles. Traduire, est-ce trahir ? David Bellos propose aux mécontents de la traduction... de lire l'original. « La traduction ne peut pas détruire, elle ne fait pas de mal à l'original ». La traduction est un ajout, un atour du texte d'origine, qui ne saurait lui nuire tant qu'elle ne le fait pas mentir.

 

Doppletext : intérêt de la traduction parcellaire ?

 

Interrogés sur les nouvelles générations d'ebooks bilingues (sur le modèle de Doppletext), l'auteur et l'éditeur livrent un avis mitigé sur un mode de présentation parcellaire de la traduction d'un texte donné. Phrase par phrase, est-ce utile, n'est-ce pas dommageable ?

 

Selon David Bellos, cela peut servir. Mais si le lecteur entend lire le texte en anglais uniquement, « c'est plus ennuyeux ». Daniel Loaysa estime quant à lui que la traduction peut fournir des appuis, même s'il faut pourtant « toujours rappeler le contexte. Une phrase traduite hors contexte peut conduire à des catastrophes ». Le tout étant de faire la différence entre des lecteurs curieux ne connaissant pas la langue et ceux qui lisent dans le cadre de l'apprentissage d'une langue étrangère. 

 

 Retrouvez Le Poisson et le Bananier sur notre librairie en ligne.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.